Un beau livre indispensable pour comprendre l’évolution de son œuvre… – Photo DR

Mais qui était Albert Le Normand ? Cet excellent dessinateur (1915-2013) fut élève de l’école des  beaux-arts de Lyon. Il poursuivit ses études à l’école nationale des beaux-arts de Paris, puis, dans l’atelier de Jean Souverbie dont on retrouve l’influence dans les prémisses de son œuvre.

Revenu à Lyon, avec son ami Claude Idoux, il se tourna vers la fresque et le vitrail. Il fit de la critique dans la revue Confluence de René Tavernier, père de Bertrand. Après la Seconde Guerre Mondiale, il débuta une carrière de professeur qui l’amena à diriger le cours de fresque, à l’école des beaux-arts de Paris. En 1941, il découvrit les œuvres des artistes du groupe Témoignage de Lyon, pendant l’exposition organisée, à Vienne, par le peintre Jean Chevalier. En 1947, sur la recommandation du sculpteur Etienne-Martin, il intégra le groupe du mage Gurdjieff, puis, il s’engagea dans une recherche de la Vérité qui l’amena à faire plus de 20 voyages en Inde. Il fallait un livre, pour dire cette vie entièrement tournée vers la quête du beau, du vrai, du spirituel, du Soi.

550 reproductions (dessins, peintures, sculptures). Format : 26 x 27 cm. 200 p. 49€. Chez Michel Descours, et tous les meilleurs libraires, mais aussi, à la galerie Mémoire des Arts-124, rue de Sèze-Lyon 6e. Le musée des Ursulines, à Mâcon, accueillera le 2 octobre, à partir de 18h, une conférence d’Alain Vollerin, et une présentation de son ouvrage.

Légende photo

Pendant la séance de dédicaces, l’Académie des Arts et Belles-Lettres de Lyon était représentée par l’avocat Dominique Saint-Pierre, la mairie du 6eme par Elodie Humeau, et l’association des Amis de Pierre Marion par sa présidente, Sylvie Marion, et le Salon Regain installé ces jours à l’Espace Berthelot par Danielle Perge et Janine Rimet. Charles Couty, patron de Tonic Radio avec Laurent Chabat, était venu en véritable amateur d’art. Son père, pour lequel il aménage un musée ayant été l’ami d’Albert Le Normand.