Par Christophe Magnette  

 

On connaissait Guillaume Guttin coiffé de sa casquette de patron de Com’Unique devenue le premier acteur dans la région Rhône-Alpes de l’affichage captif (plus de 1 200 faces). En businessman averti, notre homme a flairé un nouveau filon encore peu, ou pas du tout exploité dans l’hexagone : la micro surveillance. Outil de répression pour certains, le tout sécuritaire s’apparente surtout pour d’autres à un formidable marché de niches mâtiné de perspectives de croissance à deux chiffres des plus attrayants. Chacun sa route, chacun son destin…

  

L’anecdote le fait encore sourire. Il y a quelques mois, Guillaume Guttin profite d’un passage de Nicolas Sarkozy entre Rhône et Saône pour lui remettre sa carte de visite, celle de Visio Control, sa nouvelle société de micro surveillance « il a marqué un temps d’arrêt, interloqué par le côté « institutionnel » de notre charte graphique» rigole-t-il encore pas peu fier de son coup. Il faut dire qu’en bon spécialiste de la communication visuelle, il n’a pas lésiné sur les effets : plaquette de présentation délibérément sobre, logo avec drapeau tricolore et planisphère… la présentation a été soignée car mûrement réfléchie. Parce qu’on ne touche pas à l’intimité comme ça. Le problème des libertés individuelles, voilà un sujet d’actualité… Le cœur de cible de Visio Control ? Les particuliers pour surveiller leur personnel de maison et les chefs d’entreprises, collectivités et organismes publics. Un pack « famille » à partir de 49€/mois pour le premier cas, 99€/mois pour le second, le coût n’a rien de rédhibitoire. Surtout, il vous permet d’agencer votre appartement ou votre lieu de travail avec de biens beaux objets (sic) : peluche, livre, lampe, horloge, réveil, GSM, stylo, paquet de cigarettes, lunette… c’est votre environnement, quotidien ou professionnel qui peut-être truffé de caméras qui ne rateront pas une miette des agissements de tierce personne. Quid du cadre juridique alors ? « La loi oblige à informer son personnel, rappelle Guillaume Guttin, en revanche, chacun est libre quant au choix de son dispositif de vidéo surveillance. Toutefois, l’installation d’un tel dispositif est conditionnée à l’obtention d’une autorisation préfectorale ».

  

Bref, si pour certains la micro surveillance est un nouvel écueil, une épée de Damoclès au dessus de la tête, un succédanée de Big Brother, le personnage créé par George Orwell en 1984 étant devenu la représentation de l’Etat policier et de la perte des droits individuels, pour d’autres, elle constitue bel et bien un outil de travail. Et Visio Control l’a bien compris. Démarré le 1er mars dernier, son début d’activité laisse présager des perspectives intéressantes. Unique actionnaire, Guillaume s’est entouré, outre deux installateurs, d’Emilie Stevenin, et de Youssef Touzani (ex Protection One), tous deux en charge du développement commercial. Leur valeur ajoutée ? Un audit personnalisé. Quant aux objectifs commerciaux annoncés par Guillaume Guttin, dire qu’ils sont ambitieux relève presque du pléonasme. Jugez plutôt : un objectif de 800 000 € de chiffre d’affaires pour le premier exercice « soit 250 clients dont 40% de particuliers et 60% de professionnels», dixit le patron et surtout une entrée sur le Marché Libre dans trois ans… en 2010 ! Un pari osé que notre jeune chef d’entreprise assume, lui qui s’appuie sur une stratégie de développement particulièrement affinée : « Fin 2007, nous aurons maillé l’ensemble du territoire français grâce à nos agents commerciaux et franchisés. En outre, une quatrième personne chargée de développer notre système de franchise doit nous rejoindre prochainement. Pour l’heure, Saint-Tropez, Montpellier et Paris sont en phase d’être créés ». Souriez, vous êtes filmés…

VISIO CONTROL Tel 08 77 48 68 70 et www.visio-control.com