nathalie-avallet Photo © Fabrice Schiff

 

Par Yves Espaignet

 

Le premier pari gagné de cette 14ème édition est  l'ouverture des portes le 3 octobre 2009 à Eurexpo. En effet, la préparation du salon de l'automobile de Lyon s'est déroulée dans un contexte singulier.

 

Les incertitudes des constructeurs subissant de plein fouet la crise économique ont pesé sur la prise de décision : « Finalement tous les constructeurs français seront présents ainsi que des grands européens comme  BMW et Mercedes, soucieux d'un lancement national de plusieurs modèles ». Ces propos de Nathalie Avallet, la nouvelle directrice du salon dévoilent l'énergie déployée pour conserver à Lyon une telle manifestation. Elle est la seule se tenant en alternance avec le salon de Paris, preuve d'une réalité économique régionale s'appuyant sur une filière automobile fortement enracinée et sur un niveau d'immatriculations de véhicules neufs que dépasse uniquement la région francilienne. A l'impératif économique de « tenir et réussir ce salon » se situant dans le prolongement immédiat de l'IAA de Francfort, s'ajoute l'impératif de l'image de la place lyonnaise dans l'organisation de grands événements.  Sepelcom-GL Events, mesurant le risque d'un échec,  a décidé une réorientation stratégique et réalisé un investissement significatif pour réussir l'édition 2009 et ainsi, préparer le rendez-vous 2011.  Le choix d'un salon de standing afin de répondre aux fortes attentes des constructeurs a nécessité une enveloppe de près de 3 millions d'euros. La superficie est volontairement réduite mais l'aménagement se veut plus séduisant. Le chiffre d'affaires attendu est de 2,5 millions d'euros ; il est volontairement présenté à la baisse par rapport à l'édition 2007. Pourtant, le président du salon Patrice Gallavardin, aimant rappeler que les concessionnaires régionaux sont à l'origine de la manifestation, table sur un volume de commandes comparable : « J'ai bon espoir de voir le seuil de 2500 commandes, atteint il y a deux ans, être dépassé avec l'effet de la prime à la casse ». Il fallait sortir des sentiers battus, aussi GL Events a t'elle fait le choix également d'une directrice de salon non spécialiste de l'automobile. Nathalie Avallet veut attirer le plus large public possible. La voiture n'est plus seulement présentée comme un élément de rêve mais également comme celui de « l'utilité dans notre quotidien ». Les cibles de la famille et de la femme sont des priorités clairement affichées. Enfin, la réponse aux attentes environnementales se fera par l'intermédiaire d'un pavillon baptisé « village de l'écomobilité ». L'effort de communication est à la hauteur de cette mobilisation avec plus de 500 000 invitations lancées  car « le succès est obligatoire » ; mais les objectifs restent prudents: « nous attendons 130 000 visiteurs comme en 2007 ».

 

www.salonautolyon.com