Par Marco Polisson

Exclusif. C’est un projet hors norme qui s’apprête à voir le jour à Albigny. Un projet en forme de renaissance et de délivrance pour tous les amoureux du patrimoine des bords de Saône. Après des dizaines d’années de déshérence, la dernière grande friche industrielle du secteur va enfin connaitre une nouvelle vie.

Vue aérienne de la cimenterie Albigny en 1930

Les clients de la Voile verte ou des Planches sont familiers de sa silhouette décharnée, inquiétante et envoutante qui surplombe la route. De cette cimenterie construite en 1926, on retiendra surtout son histoire rocambolesque. Car la Société des Ciments Portland de Couzon, au capital de 10 millions de francs, qui conçut en 1926 le projet d’utiliser le calcaire des carrières pour fabriquer du ciment était liée à la célèbre banquière Marthe Hanau dont l’arrestation déboucha sur l’un des plus gros scandales financiers de l’IIIème République. Un scandale qui sonne le glas de la cimenterie… qui ne verra jamais un sac de ciment sortir de ses entrailles. Sa construction jamais terminée, elle fut rachetée en 1947 par la Société des Placages du Sud-est, puis changea encore de propriétaire en 1968. Ensuite une entreprise de cheminées (Selva) s’installa.

Racheté en 2015 à la barre du tribunal par deux jeunes hommes d’affaires lyonnais ayant fait fortune à Dubai, le tènement immobilier est promis à un avenir radieux qui se concrétise… deux ans plus tard avec l’arrivée de nouveaux investisseurs. Un trio en forme de couteau suisse déjà affuté sur le Double Mixte à Villeurbanne. Dans le rôle du créatif : Jacques Chalvin (ex Puces du Canal), le financier Serge Mathieu, PDG de Sovitrat TT, via sa holding d’investissement Novali, et le bâtisseur Didier Caudard-Breille. C’est le bâtonnier Philippe Meysonnier, avocat de DCB International, qui les a mis sur la piste de la cimenterie.

Le four à chaux réhabilité accueillera un restaurant sur trois étages et un fumoir dans la tour – Visuel Sagittaire et associés

Après avoir convaincu les élus Jean-Paul Colin, maire d’Albigny, et Patrick Veron, son homologue de Couzon ainsi que l’exécutif du Grand Lyon, échaudés par des dizaines de projets non aboutis sur le site, le trio rachète le foncier (6 000 m2), et va s’employer à donner vie à cette friche industrielle qui, après deux ans de travaux, devrait accueillir une pluralité d’activités complémentaires gérées par la société Lab Event Factory. A commencer par une immense brasserie de 800 m2 implantée sur trois niveaux dans le premier bâtiment surmonté d’une tour et qui était le four à chaux de la cimenterie. Avec un fumoir tout de cuir et de bois vêtu qui pourrait s’appeler… Le Stavisky (ci-dessus).

La future salle évènementielle aux dimensions hors norme

L’immense bâtiment qui lui fait face sera transformé en halle alimentaire (pour sa partie gauche aux allures de cathédrale) et en galerie marchande au rez-de-chaussée avec des commerces d’antiquités, brocante, life style et décoration. A l’étage, une magnifique salle de réception modulable (photo ci-dessus) et une salle de fitness. En extérieur, un skate park, un enclos à moutons pour amuser les plus jeunes pendant que les parents chinent.

Vue modélisée de l’ensemble du site de 6000m2

Un lieu hybride confié au cabinet d’architecte Sagittaire (Marc-Stéphane Beau et Nicolas Goujon) comme il en existe déjà à Berlin (Bikini), Barcelone (LX Factory) ou à Bordeaux (Darwin) qui nécessitera 10 millions d’euros d’investissement. Durant les deux ans de travaux, des animations extérieures permettront aux Lyonnais de se familiariser avec ce nouveau site.