Par Morgan Couturier

Refusée puis finalement acceptée. Le scénario ubuesque de la démission de Gérard Collomb a connu un épilogue inédit. Moqué par les journaux et les télés, l’ancien maire de Lyon a pris soin de se défendre, tirant lui-même le bilan de son mandat, avant de plier bagage, dans un climat glacial.

Le gag du Lyonnais, pour reprendre la Une de Libération, aura donc trouvé son sens jusqu’au bout, au grand dam de notre Gégé national. Ou local, désormais. Las, figé les bras croisés pendant de longues minutes sur le perron de l’Hôtel Beauvau, Gérard Collomb a attendu interminablement le Premier ministre, scrutant inlassablement sa montre, comme quelqu’un que l’on venait d’oublier, moins de 24 heures après l’annonce de son – vrai – départ. L’image prête à sourire. L’ancien édile attendait depuis des jours sa libération alors le chef du gouvernement a cru bon de faire durer le suspense. Puis l’air grave, ce dernier a finalement dénié se présenter, après dix bonnes minutes, visiblement contrarié par le départ forcé de son ainé.

Sitôt parti, sitôt oublié ?

Pas un regard au moment se serrer la main du « déserteur », une posture impassible au moment des discours et une fâcheuse manie à se tourner les pouces, Edouard Philippe a fait la démonstration de la rancœur qu’il éprouve envers le ministre démissionnaire. Et si l’inverse est sûrement vrai, le Premier ministre se serait visiblement passé de cette passation de pouvoir, au lendemain de cette intervention risible à la tribune de l’Assemblée nationale, où il apprenait la démission de l’ancien édile de Lyon de la bouche de l’opposition… Aussi a-t-il feint un sourire, crispé au possible, lorsque ce dernier a tenté en vain de le titiller à l’issue d’une tirade majestueuse. « Je suis comme vous Monsieur le Premier ministre, un Girondin, quelqu’un qui vient d’une ville qu’on aime toujours », a-t-il déclaré.

Gérard Collomb et les gendarmes de Lyon People

Capture d’écran de l’émission C’est Canteloup, diffusée ce mardi 2 octobre.

Gérard Collomb s’est ensuite embourbé et ses tentatives de rapprochement, au moins physique, n’ont trouvé aucun écho. Bon vent a semblé lui témoigner Edouard Philippe, pas plus ému par le bilan livré par son acolyte, que par ses regrets de quitter ce ministère, où il aura tant « aimé travailler avec l’ensemble des agents ». Des déclarations burlesques pour celui, qui avait annoncé depuis plusieurs semaines, sa volonté de quitter le gouvernement, pour se consacrer à une mission manifestement plus importante, à savoir récupérer l’écharpe de maire de Lyon. Le « flic d’élite », sort donc par la petite porte, moqué par Paris et raillé par l’opposition lyonnaise.

En sera-t-il de même à Saint-Tropez, où l’ancien ministre aurait fait appel à Gamel et Foucher, ces gendarmes chaleureusement conviés à nos 18 ans ? C’est en tout cas l’avis de Nicolas Canteloup qui a trouvé bon de reprendre le film de notre majorité hier soir sur TF1. Sans mention évidemment. Histoire de pousser le gag jusqu’à son terme.

Le sketch de Nicolas Canteloup, avec les images de Lyon People à partir de 4min35 : https://www.tf1.fr/tf1/c-est-canteloup/videos/c-canteloup-2-octobre-2018.html