Par Morgan Couturier

Ardent défenseur de la forêt amazonienne où vit son peuple kayapo, le cacique Raoni est venu proférer un message de paix, dans les salons de l’Hôtel de Ville, avant d’être décoré de la médaille de la Ville de Lyon par Gérard Collomb.

Un look intimidable et reconnaissable entre mille, le grand chef Raoni ne passe jamais inaperçu, au même titre que ses paroles, dont la portée ne cesse de captiver ses invités. « Nous devons tous vivre en paix, nous sommes tous des hommes. Il faut se fâcher avec personne », s’est-il ainsi exprimé dans les salons de l’Hôtel de Ville, après avoir répondu à l’invitation de Gérard Collomb. Débarqué en compagnie de sa délégation, le chef du peuple kayapo en a profité pour défendre l’un des plus grands poumons de la planète : la forêt amazonienne. « Nous embrassons et chérissons la forêt », a complété son bras droit, le chef Tapie.

Evidemment touché par les paroles de son invité de prestige, Gérard Collomb a promis de répondre favorablement à l’appel à l’aide du cacique Raoni. « La Ville de Lyon ne vous fera pas défaut, car c’est un combat universel. À notre niveau, nous essayons de sauver des espèces », a-t-il exposé, conviant son hôte à une visite des grandes serres et du jardin botanique du Parc de la Tête d’or, ce mardi 28 mai 2019. La veille au soir, la visite était tout aussi gourmande. En effet, Raoni était invité au « Président », pour apprécier la cuisine du chef Christophe Marguin. Au menu, celui-ci avait-il osé ses traditionnelles cuisses de grenouilles ?