. P E O P L E ... n e w s
.

LES GENS
LE CARNET MONDAIN
BUSINESS NEWS
WEBCAMS
DERNIERE MINUTE
LES ARCHIVES

. P E O P L E ... s o r t i e
. LES EXPOS
LES SPECTACLES
AGENDA PEOPLE
VOYAGES ET WEEK-END
LES FETES
LE SHOPPING
. P E O P L E ... c l u b
.

ANNONCES

FORUM DE DISCUSSION

COURRIER  LECTEURS
OL PEOPLE
CORRESPONDANCE
MAILING LIST

. P E O P L E ... a n n u a i r e
. BARS & RESTAURANTS
CARNET D'ADRESSES
LYON LA NUIT
JOURNAUX PERIODIQUES
GUIDES DE LYON
. P E O P L E ... p r e s s e
.

REVUE DE PRESSE
LES RUMEURS

JUSTIN CALIXTE
INTERROGATOIRES KGB
LES GAGS

 

P E O P L E ... n e w s
/ BUSINESS NEWS


3 juillet 2000


La miroiterie Targe

 

 

 

 











Par France Lor

 

Rencontre avec Stéphane et Guillaume Targe, miroitiers depuis 4 générations. Dans leurs bureaux de la rue de Marseille, les fils Targe n'envisagent pas autre chose que le "savoir verre".

 

"Nous sommes nés dedans" explique Guillaume, "Adolescents, pendant les grandes vacances nous bossions déjà dans l'entreprise." "Notre père avait même demandé une dérogation" précise Stéphane, pour que nous puissions travailler à 14 ans !"  

 

Au départ, c'était des coups de mains à la pose ; à 18 ans, ils livraient en camionnette ; à 20 ans ils conduisaient des chantiers... "Pour nous, c'est une évolution normale." Résultat, à 30 et 29 ans, les voilà à la tête de la Maison Targe : 36 millions de CA, un effectif de 45 personnes et une flotte de 25 véhicules sillonnant Lyon et sa région Rhône-Alpes.

 

Tout a commencé en 1907 lorsque leur arrière-grand-père, Gabriel Targe, venu de Givors, implante sa petite entreprise artisanale de miroiterie Place Gabriel Péri, dans le 7° arrondissement. 

 

A sa suite, ses 2 fils, Claude et Jean développent l'affaire qui passe ensuite entre les mains de Bernard et André. Avec eux, l'essor de la maison Targe se poursuit, si bien qu'en 1971, ils rachètent leur ancien concurrent, Dumaine. Aujourd'hui, c'est donc au tour de Stéphane et Guillaume de se partager les fonctions de Directeur général et Directeur Commercial, aux côtés de leur oncle Bernard, toujours PDG. Mais leur histoire ne serait pas complète sans un détour par la branche féminine : c'est en effet, à leur arrière grand-père maternel, l'architecte Auguste Chollat, que l'on doit la fameuse horloge de Tassin...

 

Comme bien des fils de familles lyonnaises, les Targe ont fait leur scolarité chez les Maristes. Après quoi, diplôme de l'ESG Paris en poche pour Stéphane et de l'IDRAC pour Guillaume, ils ont rejoint la miroiterie dès 23 ans. 

 

Un autre métier ? Ils n'y ont jamais pensé : « nous sommes trop imprégnés de cette culture et puis c'est une fierté et un challenge de poursuivre l’œuvre de 4 générations ». En plein cœur du 7°, Targe, est en effet, l'une des dernières entreprises lyonnaises à l'ancienne : certains ouvriers ont 40 ans de maison ! Beaucoup ont vu grandir leurs jeunes patrons qui sont allés au charbon avec eux. Aussi, dans les ateliers attenants aux bureaux et magasins, chacun travaille-t-il dans la bonne humeur et le respect mutuel. "Même s'il y a parfois de coups de gueule !

 

Aussi compétents que sympathiques et décontractés, les jeunes gens ont su fidéliser les gros clients de l'entre-prise et  développer parallèlement un marché de la décoration : « nous collaborons beaucoup avec des décorateurs et architectes », assurent-ils. Parmi leurs plus belles réalisations : les vitrines et glaces des Magasins Hermès, Augis, Manoukian, Chatet.. et la galerie de liaison de l'aéroport de Satolas, depuis peu Saint-Exupéry...

 

Autre créneau porteur : la protection des personnes. Devant la recrudescence du vandalisme, Guillaume a eu l'idée de créer en 1994 un département "Remplacement de vitrines" qui fonctionne 24h/24h. Un succès, puisqu'il réalise une moyenne de 160 interventions par an !

 

Leur clientèle s'est également rajeunie, « nous travaillons avec des gens de notre âge », assure Stéphane, évoquant leurs copains maristes aujourd'hui dans l'immobilier ou aux commandes d'entreprises florissantes...

 

Sur la brèche de 7h15 à 19h15, sans compter le samedi matin, Stéphane et Guillaume savent aussi se détendre. Bons vivants et conviviaux, ils fréquentent assidûment tous les endroits "in" de Lyon : des apéros du jeudi au Fish, au Milano tout proche de la miroiterie, en passant par le Quai Ouest et le Millénium. Bref tous les endroits "people" qui bougent "pour voir les gens que l'on connaît depuis qu'on est gamins".

 

Car à la ville, les deux frères sont également insépa-rables : ils habitent tous deux rue Pasteur, à deux pas de l'entreprise, et leurs épouses, la lyonnaise Céline Cambet pour Stéphane et l'annecienne Anne-Sophie Gagneux, pour Guillaume sont, au dire de leurs maris, devenues de véritables complices...

 

Fans de sports, ils pratiquent ski, tennis, squash, kart... Ajoutons qu'accros de foot, ils ne ratent jamais un match de l'OL auquel ils sont abonnés. Une passion à laquelle ils ne s'adonnent pas que dans les gradins puisque Guillaume est en train de monter une équipe "Targe" avec des copains. L'objectif ? Concourir au championnat de foot-loisir. Coup d'envoi des premiers matches en septembre 2000 !


 

A suivre, la bijouterie Beaumont et Finet...

 

page suivante



 

 

 


Les endroits

branchés

recommandés par

Lyonpeople.com