P E O P L E ... n e w s
/ LES GENS

30 septembre 2002

 

Jean Fusaro : Le Peintre du mystère et de l’éphémère

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Françoise Petit et Olivier Dufour

 

Rues habillées de silhouettes, villes flanquées de caractère, fêtes et silences, mers en colère ou ciels dissipés, quais grimés de poésie, Jean Fusaro dessine la vie et l’air du temps avec force et tendresse.

 

Chez lui où son atelier enjambe un jardin extraordinaire, le peintre mythique de l’Ecole Lyonnaise nous reçoit avec enthousiasme comme si nous étions plus importants que lui ! « Pourquoi honorer mon travail, chacun fait le sien et moi contrairement à d’autres je ne mets pas ma vie en danger ? »  Le ton est donné, Jean Fusaro préfère le mystère à la célébrité. Lyonpeople.com s’est plongé dans « son atmosphère » avec respect et  convivialité. Nous vous offrons ce moment rare sans référencer son œuvre mais sa façon de nous séduire…

 

D’une baie de Marseille (où il est né) aux toits de Bruxelles, Jean Fusaro a écrit son siècle de lumières  pour qu’aujourd’hui sa magie traduise des ambiances émanant du mystère de ses propres atmosphères. Malgré sa notoriété et les très nombreuses sollicitations dont il fait l’objet, il fréquente l’humilité comme la perception prioritaire d’un monde d’émois. Dans cet univers, son épouse Jackie, subtile et efficace a permis l’édition de plusieurs ouvrages sur les oeuvres de son artiste de mari.

 

The « Fusaro » mis en  textes de Jean Carrière est totalement époustouflant, témoignage de l’allégresse d’un peintre, souriant, gai, affable lorsqu’il parle de son art. Cette allégresse Jean Fusaro nous l’assigne avec prudence dans chacune de ses toiles au travers de ses choix judicieux et des couleurs souvent luminescentes. Ses créations enfantent des accords de tons : un certain bleu et un vert expulsent d’autres couleurs qui se déplacent et vibrent sous le regard. On aime.

 

La peinture de Fusaro remue, chante, crie… son imagination peut croiser la nôtre, sans complexe. Cela permet d’être en éveil ensemble à la lecture de chaque œuvre : joie intense, douleur, bonheur simple…

 

Sa lumière s’installe  naturellement pour sortir de l’Image :  une mer déchaînée, un hiver « sibérien » ou un paysage d’orage. Fusaro  excelle dans la manière de nous balancer avec distinction, ses angoisses, ses peurs, ses doutes. Dans son atelier baigné d’arbres, une généreuse rangée d’hortensias roses assure la frontière avec l’extérieur. Là, entre méditation (part de mystique important chez Fusain : « Christ aux outrages etc.) et partition, (avec des mélodies délicates)  l’œuvre de ce grand disciple de l’Ecole Lyonnaise exulte. 

 

La peinture de Jean Fusaro est plus suggestive qu’expressive. Il nous invite perpétuellement à réfléchir, à écouter, à  ressentir. Jean Fusaro s’émancipe ( référence aux peintres Sansistes ) dans l’ivresse de ses couleurs,  la plénitude, la volupté aussi. Ses symphonies chromatiques conviennent  particulièrement à ses paysages, et à ses vues urbaines. Il écarte avec hardiesse et témérité dans ce trait d’esprit les préceptes de l’esthétique traditionnelle. Eliminant tout détail inutile, obéissant à son tempérament fougueux et se livrant à des recherches contrastées, Jean FUSARO nous donne des « images » superbes et pathétiques.  Merci l’artiste !

 

- Galerie Alain Georges

47 rue Auguste Comte 69002 Lyon

- Galerie Michel Estades

22 rue Henri Seillon 83000 Toulon
 


Réagir à
cet article

 

 

A suivre, Michel Blanc prend de la bouteille…
 

page suivante