. P E O P L E lyon_people ... n e w s
.

LES GENS
LE CARNET MONDAIN
BUSINESS NEWS
WEBCAMS
DERNIERE MINUTE
LES ARCHIVES

. P E O P L E ... s o r t i e
. LES EXPOS
LES SPECTACLES
AGENDA PEOPLE
VOYAGES ET WEEK-END
LES FETES
LE SHOPPING
. P E O P L E ... c l u b
.

ANNONCES

FORUM DE DISCUSSION

COURRIER  LECTEURS 
OL PEOPLE
LES CORRESPONDANTS
MAILING LIST

. P E O P L E ... a n n u a i r e
. BARS & RESTAURANTS
CARNET D'ADRESSES
LYON LA NUIT
JOURNAUX PERIODIQUES
GUIDES DE LYON
. P E O P L E ... p r e s s e
.

REVUE DE PRESSE
LES RUMEURS

JUSTIN CALIXTE

INTERROGATOIRES KGB
LES GAGS

 

P E O P L E ... p r e s s e
/ REVUE DE PRESSE


 

Les médias lyonnais


213ème ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE LOUIS XVI
 

Jacques Boucaud – Le Progrès du 21 janvier 2006


Ces Lyonnais nostalgiques du Roi de France

Loïc Bernard de Thugny, président de Présence
du souvenir bourbonien

 

Les royalistes se rassemblent aujourd’hui, comme chaque 21 janvier, à l’église Saint Bonaventure à Lyon. Pour rendre hommage à Louis XVI qui perdit sa tête ce jour-là. Enquête dans les milieux royalistes lyonnais.

 

Derrière Loïc Bernard, futur avocat lyonnais de 40 ans, ancien directeur d’une maison de retraite, se cache un descendant, par sa mère, de Louis XIV. Un Mollière de Thugny de la Boullaye. Moins facile à porter comme nom que Bernard, celui de son père, mais plus chic. Au point que Loïc se promène avec plusieurs cartes de visites. Loïc Bernard porte, c’est selon, le nom d’un noble qui lui vient de la famille de sa mère ou celui d’un roturier. « De nos jours, il faut parfois rester discret ». Pour ce qui concerne le premier, celui qui nous intéresse, il lui vient d’un ancêtre, comte anobli par un Edit du Roi Louis XIV, puis par Pie IX. Il en possède aussi les armoiries, gravées sur une chevalière en or, ostensiblement portée à l’annulaire de la main gauche. Qu’il nous tend, non pas pour la baiser, mais simplement nous montrer un bijou dont il est fier : d’argent au chevron de gueule chargé de trois trèfles de sable avec un casque de chevalier, une couronne et un petit sanglier dessus.

 

Loïc Bernard préside à Lyon « Présence du souvenir bourbonien », une association culturelle forte d’une centaine de membres, dont l’objet est de « faire connaître le principe incarné du Prince ». Entendez le prince Louis de Bourbon. « Il n’est pas en notre pouvoir de rétablir la monarchie. Notre objectif est de faire comprendre ce qui s’est passé au sein de la maison de Bourbon » rappelle Loïc Bernard. Pas politique pour un sou. Du moins officiellement. De la loi sur l’IVG en 74, de l’abolition de la peine de mort en 81 comme du référendum sur la constitution européenne en 2005, on n’obtiendra aucun commentaire du président de « Présence du souvenir bourbonien en Lyonnais, Forez et Beaujolais ». La seule entorse faite au devoir de réserve qu’il paraît s’imposer, concerne l’état de la France : « On pourrait comparer la décrépitude du pays à ce qui s’est passé juste avant la Révolution française » commente Loïc Bernard, renvoyant dos à dos ses illustres ancêtres et ceux qui détiennent le pouvoir républicain d’aujourd’hui.

 

Si les Bourboniens sont légitimistes, les Orléanistes qui rêvent de voir Henri, Comte de Paris, monter sur le trône, sont davantage activistes. Certains militent au sein de « l’Action française », diffusent des revues et prennent position dans la vie politique. Ainsi de Sylvain-François Mercier, un conseiller en assurance et immobilier lyonnais diffuse les idées du « Cercle Anthinéa », une association souverainiste et royaliste. Au bas mot, l’ensemble de ces assciations rassemblent à Lyon 250 personnes, guère plus. C’est peu pour faire une révolution !

 

Les grandes familles

 

Marc Engelhard est le fils d’Isabelle de Jouvencel, mariée au comte Philippe Engelhard. Son aïeul, le chevalier Pierre de Jouvencel, était échevin de Lyon en 1737, la même année qu’un Brac de La Perrière (famille de l’évêque et de l’élue lyonnaise). A peu près en même temps que noble Jean-Antoine Roux, l’aïeul d’Erick Roux de Bézieux qui a pris la relève de son ancêtre en s’occupant des affaires municipales. « Pour ma part, je me délecte de la vie mondaine lyonnaise (où les aristocrates brillent par leur abscence…) C’est bien plus amusant que la politique » raconte Marc Engelhard dont la vie professionnelle (il est le rédacteur en chef de lyonpeople.com) le conduit dans la plupart des soirées lyonnaises. « Sur le plan politique, je considère que la France a perdu deu poid depuis qu’elle a changé de régime… et je fais confiance à la Providence quant à la désignation du futur roi de France. Après tout, ce n’est pas un petit intermède républicain de 135 ans (qu’est-ce comparé au millénaire capétien ?) qui va nous miner le moral » poursuit Marc Engelhard.

Erick Roux de Bézieux est quant à lui « royaliste constitutionaliste » selon ses propres termes. Il faut savoir de l’adjoint au maire du 6ème arrondissement qu’il fut l’un des rares élus, avec Gérard Collomb à accueillir Son Altesse Louis de Bourbon, duc d’Anjou, lors de sa venue à Lyon.



A suivre, Pour la presse lyonnaise l’automne n’est pas le printemps

page suivante