Quand on a commenté l’actualité des années durant il est difficile d’envisager que ça s’arrête. Le virus est là, endormi un temps mais toujours prompt à se réveiller. Un petit clin d’œil donc, en forme de remerciement, à Marco qui accepte désormais d’accueillir chaque semaine mes élucubrations qui, je le souhaite, permettront au moins de dialoguer.