Par Paul Bourret

Attendus au village VIP pour la player party, les Français ont surtout répondu présents sur la terre battue du central, malgré une journée en partie perturbée par la pluie.

La France est debout, comme l’entonnait Johnny lors du mondial 2002. Avec trois représentants qualifiés pour le second tour, le tennis français s’est plutôt bien acclimaté aux conditions météos, et aux quelques gouttes de pluie venues perturbés les échanges. Premier invité sur l’ocre lyonnaise, Ugo Humbert fut la bonne surprise de la journée. « L’ado » de 20 ans s’est tranquillement défait de l’Anglais Cameron Norrie (6-1,6-3). Une mise en route paisible avant de se frotter à un tout autre morceau, en la personne du Canadien Denis Shapovalov, érigé en favori de cette troisième édition.

Un rôle que ne pourra endosser l’Australien Bernard Tomic. Dans le second match de la journée, l’ancien 17e mondial a dû abandonner, visiblement touché physiquement lors de son opposition face au Canadien Steven Diez au bout d’un set et cinq jeux (6-4, 4-1).

En milieu de journée, les tribunes clairsemées du central du vélodrome ont pu se rattraper sur un alléchant duel franco-français, Pierre-Hugues Herbert étant opposé à son compatriote Jeremy Chardy. Au terme d’une partie accrochée et rythmée, le premier cité a su démontrer l’ampleur de ses progrès sur une terre battue qu’il affectionne particulièrement (6-2,7-5). Il affrontera l’Américain Steve Johnson au prochain tour, vainqueur dans la matinée du Sud-Africain Lloyd Harris.

De la compétitivité à tous les niveaux

En fin de journée, le niveau s’est sensiblement élevé. Le jeune américain Fritz a dû batailler pour l’emporter face au Tchèque Jiri Vesely (7-5,7-6). Le natif de San Diego rencontrera Richard Gasquet au tour suivant. Le Bitterois a eu toutes les peines du monde à se défaire de son cadet, Maxime Janvier, auteur de points très prometteurs. Le 199ème mondial a mené la vie dure à la tête de série numéro 6, l’embarquant dans un périlleux tie-break dans le troisième set et ce, après 2h44 de jeu. En manque de repères après une longue indisponibilité, Gasquet a finalement fait parler l’expérience et son revers pour venir à bout de son homologue (6-7,6-2,7-6) ! A lui de bien récupérer, son prochain combat s’annonce tout aussi dantesque !