Thierry Ascione peut souffler, l’Open Parc tient la meilleure finale qu’il lui fut donné d’organiser compte tenu des aléas qui ont alimenté cette deuxième édition de l’Open Parc. Le directeur du tournoi ne s’en était pas caché, en marge des quarts de finale. Simon – Thiem, Thiem – Simon, selon les préférences, ce sera bien la conclusion de cette semaine tennistique haute en couleur et en chaleur, à l’image de cette journée de vendredi. Dans ces conditions, il était humain d’anticiper la surchauffe de l’Autrichien Dominic Thiem, contraint par la nuit, de cumuler les heures sur le court central. Mais voilà, un set de haute volée face à Guillermo Garcia-Lopez avant de ramener à la raison le jeune Dusan Lajovic (6-4, 5-7, 6-4 en 1h59) et la tête de série n°1 rejoint la finale du tournoi lyonnais.

Outre la vedette autrichienne, après Jo-Wilfried Tsonga, ce dernier conserve sa caution française en la personne de Gilles Simon. Sur un nuage lors de la première manche face à un Cameron Norrie désorienté, le Niçois n’a pas flanché pour s’imposer en deux sets et 1h22 de jeu (6-1, 7-6). Le Français s’est « ménagé ». De bon augure avant d’affronter la nouvelle terreur de la terre battue ? A défaut d’être blessé, toujours se méfier d’une bête fatiguée. Sur terre, Thiem en est une belle. Méfiance.

Il a fait très chaud ce vendredi. Alors forcément, le bar du village VIP a souvent affiché complet.

Du côté du village, les demi-finales ont rameuté les foules, de nombreux VIP arpentant les box des partenaires. Alors que la finale de ce samedi 26 mai, est prévue à guichets fermés, les Lyonnais sont venus jauger les deux finalistes. A commencer par le chef Fabrice Bonnot, sagement installé avec sa femme, ou Gérard Angel, cuisiné par notre rédacteur en chef, Marco. Reste le dessert et cette finale. Avec une nouvelle victoire française, en guise de cerise sur le gâteau ?

Open Parc  Lyon Tennis
Mercredi  17 mai 2018

Banque Rhône-Alpes 

Anahome