Un budget raboté, des partenaires sur le départ, l’Asul Volley n’a eu d’autres choix que de se désengager de Ligue B. Un épilogue tragique pour le club lyonnais.

L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue. Une formule lourde de sens, pour l’Asul Lyon Volley, contrainte de se désengager de Ligue B (deuxième division), faute de moyens financiers suffisants. En cause, une baisse des subventions de la municipalité et le départ de certains partenaires. Pour tenter de sauver sa tête, le club lyonnais avait pourtant initié une campagne de crowdfunding en juin dernier (10 000€ récoltés, ndlr). En vain.

« Il a fallu nous rendre à l’évidence qu’il ne serait pas raisonnable et viable de partir pour une nouvelle saison en Ligue B », peut-on lire sur la page Facebook du club. « Nous jouerons normalement en élite (3e division) la saison prochaine », nous a-t-on affirmé.  Faute d’argent, l’Asul Volley doit donc compter sur une autre maxime : tomber pour mieux se relever. Réponse dès cette saison.