gg_champagne Par Saint Pothin

           

Tradition et symbole de la renommée française, le champagne s'exporte dans le monde entier. Le cas est moins flagrant pour une autre spécialité des Rémois, et moi, émoi : le socialisme à la française.

 

Nous aurions cependant tort de nous arrêter à ce constat sommaire. Le champagne est, lui aussi, issu d'un processus de fermentation, puis de maturation, puis d'assemblage. Le temps de la dégustation est venu : les socialistes français vont devoir faire la différence, cette fin de semaine à Reims, entre ligne claire et cordon rouge.

Les fines appellations vont occuper l'assemblée. Si les Ruinart iront très bien avec les plans de mandats régionaux, les Mercier devraient être boudés. Les Lyonnais devraient, de leur côté, se méfier du Mumm, dont on dit qu'il est cousin par mésalliance avec le Brumm

Gérard Collomb pourfendeur des maux, des mots et des démos saura-t-il rassembler sous le cri de guerre : "J'ai le même discours au niveau national qu'au niveau local" ? Fera-t-il, pour illustrer ce propos, référence à la somme de ses interventions au Sénat en 2007 ? Il faut dire que ce seul "Eh oui !", soit deux mots en échange de 65 000 euros d'indemnités par an, a déjà fait couler beaucoup de bon vin dans les flutes et se Gosset les meilleurs Moët politiques…

 

Conseils d'experts

 

Pour une saine dégustation de champagne, il existe plusieurs règles. La première est officieuse : ne Mélanchon pas les crus ! Pour les officielles, présentées par les plus grandes Maisons (http://degustation.maisons-champagne.com/regles/regles.html), nous ne citerons que la première et la dernière des 10 règles de dégustation :

1 – L'authenticité des échantillons  

10 – Les résultats doivent faire apparaître… Ce qui, appliqué au congrès de Reims du PS, ne manque pas de pétillant.

Les lyonnais qui ont signé au bon endroit pourront accompagner le génie des mousseux. Bernard Rivalta sera le chauffeur officiel, tenant par là son bâton de maréchal (de Castellane) à défaut du très convoité sceptre d'Otokar. Lui qui n'accepte que les titres et le liquide sera servi, Tête (de cuvée) pourra dire encore "la coupe est pleine". On devrait voir aussi dans le carrosse Najat Vallaud-Belkacem, et ses jumeaux en princes qu'on sort. Elle devra, comme d'habitude, jouer des coudes pour exister à coté de l'imposant Thierry Philip. Perrin-Gilbert, Bolliet, Demontès, Muet et autres Flaconnèche, traîtres en puissance du Puissant de Lyon, seront réduits au blanc de blanc ce qui, deux semaines après l'élection d'Obama, ne manquera pas de piquant.

Le "servir frappé" sera plus à l'honneur que le "servir frais" et beaucoup, à défaut d'être sabrés, seront sablés (on notera que le sablage du champagne consiste à remuer celui-ci dans un verre pour en faire sortir les bulles). Un travail d'Hercule pour celui qui s'attaquera à la Royale Ségolène, la reine des bulles, que le monde entier, à part la France, a déjà identifié comme la pâle copie de Sarah Palin. Elle devra nous expliquer comment, pour réussir l'assemblage parfait, il faut diviser et rogner pour régner (ou renier) !

Personne n'ose le penser, mais Reims est la ville des sacres. Et si le nom de la Dame du Poitou ne vous évoque pas son destin, c'est que vous n'avez aucun sens de l'Histoire.

Saura-t-elle imposer la vision de son Empire Collombnial ?

Saura-t-elle prendre comme modèle Charles VII, le bien servi, (ce que ne laisse pas voir ses portraits), qui mit fin à la guerre de 100 ans, puis, conduit par Jeanne d'Arc à Reims, sera sacré en 1429 ?

Saura-t-elle, comme Charles VII, s'acoquiner avec des émules d'Agnès Sorel à qui l'on doit, par le moulage de son sein, la création de la forme de la coupe de champagne ? Ségolène trouvera-t-elle, dans le même esprit, son inspirateur de la flûte de champagne ?

Quelle que soit l'issue du congrès de Reims, gageons que les bulles monteront à la tête des joueurs et des remplaçants. Souhaitons simplement qu'elles ne forment pas, sous le sommet du crâne, des poches d'air comme dans les œufs pas frais.

Nul doute qu'après s'être entretués au congrès, les socialistes ressortiront rincés et ivres de bonnes intentions. Les citoyens trinqueront comme d'habitude, mais le discours d'unité et l'impression d'un sacre sera sur toutes les lèvres. Champagne pour tout le monde ! Et une fois n'est pas coutume, tous les bois-sans-soif de la droite ne boiront que du petit lait !