. P E O P L E lyon_people ... n e w s
.

LES GENS
LE CARNET MONDAIN
BUSINESS NEWS
WEBCAMS
DERNIERE MINUTE
LES ARCHIVES

. P E O P L E ... s o r t i e
. LES EXPOS
LES SPECTACLES
AGENDA PEOPLE
VOYAGES ET WEEK-END
LES FETES
LE SHOPPING
. P E O P L E ... c l u b
.

ANNONCES

FORUM DE DISCUSSION

COURRIER  LECTEURS 
OL PEOPLE
LES CORRESPONDANTS
MAILING LIST

. P E O P L E ... a n n u a i r e
. BARS & RESTAURANTS
CARNET D'ADRESSES
LYON LA NUIT
JOURNAUX PERIODIQUES
GUIDES DE LYON
. P E O P L E ... p r e s s e
.

REVUE DE PRESSE
LES RUMEURS

JUSTIN CALIXTE

INTERROGATOIRES KGB
LES GAGS

 

P E O P L E ... p r e s s e
/ REVUE DE PRESSE


 

Les médias lyonnais


 

CB News du 1er février 2007


Le Conseil d'Etat annule l'autorisation de rachat du Progrès et du Dauphiné Libéré


Les atermoiements du Conseil d’Etat commencent
sérieusement à fatiguer Gérard Lignac

 

Le Conseil d'Etat a annoncé hier l'annulation de la décision du ministère de l'Economie d'autoriser le rachat des cinq quotidiens de la Socpresse, dont le Progrès et le Dauphiné Libéré, par la holding EBRA (Est Républicain et Crédit Mutuel). L'annulation prononcée "ne fait pas nécessairement obstacle à l'opération de concentration envisagée", précise le Conseil d'Etat. "Mais elle implique que le ministre procède, s'il souhaite l'autoriser, à un réexamen de ses effets concurrentiels", ajoute-t-il. L'Etat est en outre condamné à verser 3.000 euros au Groupe Hersant Média, actionnaire de l'Est Républicain, qui avait contesté la décision du ministère devant la justice pour "excès de pouvoir". Les relations entre Gérard Lignac, président de l’Est Républicain, et Frédéric Aurand, président de Hersant Média (ex groupe France-Antilles) s’étaient fortement dégradées, le second s’étant vivement opposé au rachat des quotidiens de la Socpresse. Hersant Média est actionnaire à hauteur de 28% de l’Est Républicain dont Frédéric Aurand est administrateur.

L'Est Républicain et le Crédit Mutuel, déjà propriétaire de l'Alsace, ont constitué à cet effet une holding, baptisée EBRA et détenue à 51% par le groupe de presse et 49% par le groupe bancaire. Selon le Conseil d’Etat,  le ministère de l'Economie qui avait autorisé ce rachat le 17 mai 2006 "aurait dû, avant d'accorder son autorisation à l'opération de concentration, examiner si cette dernière créait (entre les différents journaux contrôlés par la holding) des liens de nature à porter atteinte à la concurrence".  Le pôle Rhône Alpes de la Socpresse représentait Le Progrès, Lyon Plus, le Dauphiné Libéré, le Bien Public et le Journal de Saône-et-Loire.


A suivre, Michel Lallement quittera A Nous Lyon à la fin de l'année

page suivante