La nomination de Christophe Castaner place Beauvau n’a pas été sans conséquence pour le microcosme lyonnais. Arrivé dans la capitale des Gaules il y a tout juste un an, Stéphane Bouillon lui emboîte le pas. Le préfet du Rhône est nommé directeur du cabinet du tout nouveau ministre de l’Intérieur.

Au royaume des intérimaires, l’axe Lyon-Paris et Paris-Lyon tourne à plein régime. Quinze jours à peine après le retour en fanfare de Gérard Collomb dans la capitale des Gaules, le trajet jusqu’à l’hôtel Beauvau a de nouveau été activé. Conséquence directe de la démission de l’ancien (actuel ?) édile de Lyon, le préfet du Rhône Stéphane Bouillon a effectué en effet le chemin inverse, ce mardi 16 octobre, suite à sa nomination au ministère de l’Intérieur où son nouveau pensionnaire, Christophe Castaner, l’a désigné à la tête de son cabinet.

Une belle promotion pour celui qui avait déjà connu pareille nomination en 2012, sous l’égide de Claude Guéant. Arrivé à Lyon, le 11 octobre 2017, en remplacement d’Henri-Michel Comet, préfet intérimaire tristement limogé à l’issue des attentats de Marseille, Stéphane Bouillon n’aura finalement connu qu’un court séjour entre Rhône et Saône. Une bien mauvaise habitude à Lyon, qui enregistre un troisième départ en à peine deux ans au sein de la préfecture. Le nom de son remplaçant devrait rapidement être dévoilé. MC