© Fabrice Schiff

Au micro France Info, jeudi 19 février 2015, le sénateur-maire de Lyon s’est dit « consterné » par le triste spectacle de la gauche parlementaire sur la loi Macron.

49.3, motion de censure… Le processus pour l’adoption de la Loi Macron consterne Gérard Collomb. Mais le sénateur-maire de Lyon ne vient pas grossir les rangs de ceux qui hurlent au déni de démocratie. « Nous sommes dans un pays frappé par un chômage de masse (…) On aurait pu penser que les hommes et les femmes politiques aborderaient cet instant avec un peu de gravité. On s’aperçoit qu’au-delà des problèmes de fond, c’est la tactique qui leur importe. Ce qu’il s’est passé au cours de ces deux jours, c’est une sorte de jeu d’ombres où chacun essaie de marquer des points sans se soucier des problèmes profonds de notre pays. Je crois qu’aujourd’hui beaucoup de Français doivent être assez sévère avec la classe politique. » 

Les postures des députés frondeurs de la majorité ? « De l’inconséquence (…) Les uns et les autres prennent une terrible responsabilité. A l’Assemblée Nationale, on fait le congrès du PS », déplore Collomb. « Si nous sommes incapables de voir que le monde est en train de bouger et qu’il faut penser un nouveau type de politique, nous sortirons de l’histoire », tonne-t-il. Le problème ? Les deux lignes qui cohabitent au PS, entre l’aile gauche et les sensibilités sociales-réformistes. « Nous n’avons jamais tranché quelle ligne nous voulions suivre une fois arrivés au pouvoir », s’agace-t-il. C’est le sens de la contribution du Pôle des Réformateurs emmené par Collomb, baptisée » « Inventer l’avenir », pour le congrès national du PS qui se tiendra du 5 au 7 juin à Poitiers.

En attendant de réaliser l’impossible synthèse entre les différents courants du parti à la rose, le sénateur-maire de Lyon voit arriver les départementales avec un certain pessimisme. « Si on continue ce petit jeu, Marine Le Pen sortira du lot. Il va y avoir les élections départementales, je crains que tout ceci ne se voit dans les urnes. » Gérard Collomb pourra réitérer ses propos au président de la République François Hollande avec lequel il déjeune ce jour aux côtés des présidents de Métropoles.

Revoir l’interview de Gérard Collomb

Gérard Collomb sur DSK : un « vrai naufrage » par FranceInfo