Deux ans après la création de son association Nouveau Cap Lyon Métropole (NCLM), Pascal Blache a mis fin à « son cycle d’analyse », pour se consacrer à l’engagement, avec un horizon assumé : 2020.

« Demain se prépare aujourd’hui » avait-il adopté en guise de slogan prémonitoire, à l’occasion d’une réunion pour NCLM étrangement prolifique en invités dans les salons du Marriott. Puis par quelques formulations bien senties, il avait conforté cette idée que les analyses exposées au sein de son association avaient un but précis, les trente prochaines années. L’étau s’est resserré, jusqu’à que l’assemblée comprenne le fin mot de l’histoire, l’intéressé ayant même été conforté dans ses idées par son invité du jour, Jean-Daniel Levy, dirigeant du département politique – opinion chez Harris Interactive. « Un Français sur deux souhaite l’élection d’un nouveau maire », a glissé le conférencier avant de préciser que ces mêmes citoyens « ne jugeaient que sur l’action de leurs élus ».

Le salon du Marriott a affiché complet pour l’allocution de Pascal Blache, tourné dès la rentrée vers 2020.

Message entendu pour le maire du 6e arrondissement, à l’issue d’un jeu de rôle parfaitement chorégraphié. Fin du suspense, Pascal Blache s’est publiquement estimé « prêt à avancer », glissant au passage une pique à son opposant Gérard Collomb. Dans la course à la présidence de la Métropole, l’édile du 6ème revendique avoir « pris un temps d’avance sur le temps d’avance ». « J’ai partagé mon analyse et c’est vrai qu’aujourd’hui, j’arrive un peu à la fin d’un cycle de cette analyse. Je pense que je suis prêt, nous sommes prêts à avancer, a-t-il signifié. Je suis heureux de vous annoncer que dès la rentrée, je prendrai toutes les initiatives avec celles et ceux qui le voudront, pour bâtir un projet d’avenir pour l’horizon 2020 ». Ce dernier a beau assurer que « tout reste à construire », le match est lancé, pour rester dans les tendances actuelles. Au même titre que France-Belgique, celui-ci risque d’être scruté. A vos pronostics ! MC