Fabienne Lévy, Christophe Geourjon, Fouziya Bouzerda. Photo © Fabienne Lévy

Par Amandine Combe

Une chose qu’on ne peut pas reprocher aux centristes à Lyon, c’est d’avoir des idées. Christophe Geourjon a présenté la version 2.0 du projet de son équipe Dessinons Lyon jeudi 15 mars 2013.

Ce sont 32 pages de propositions ne constituant nullement un programme d’élection selon le conseiller municipal lyonnais (UDI). Une troisième version de ce travail débuté 7 ans auparavant sera présenté début de l’été 2013 à l’issu de la réunion publique du 4 avril à 18h30 à la Maison Ravier dans le 7ème arrondissement.

Les suggestions et idées pour repenser Lyon se succèdent. Un développement de la Gare Saint Ex et une liaison au prix TCL entre Part Dieu et Saint-Exupéry, un réseau SOS nounou, une police moins cantonnée à son secteur, une rénovation des places, de certains espaces comme les friches de l’usine Brossette, un renforcement du pouvoir des mairies d’arrondissement. Des propositions intéressantes mais qui semblent plus constituer un vivier pour un autre candidat, de l’UMP par exemple.

Car le temps de la candidature aux municipales n’est toujours pas venu. Christophe Geourjon « n’aime pas se mettre en avant » et malgré l’ambition de leur rallié divers droite Denis Broliquier, l’UDI préfère plancher sur sa copie que d’affirmer franchement sa future position.  Une façon habile de montrer ses muscles et d’exister comme force de proposition. Qu’en sera-t-il une fois le candidat de l’UMP « désigné » ? Et quelle sera la stratégie de Jean Louis Borloo, lui qui n’a jamais caché que l’UDI est le partenaire naturel de l’UMP ?

Se plaçant dans l’opposition pour les Municipales de 2014, les centristes ironisent sur la position actuelle de Gérard Collomb, qui se positionne plus au centre que réellement à gauche « Il me semble que Collomb se dit de plus en plus centriste. Ça nous surprend » déclare Bernadette Bertix-Veza, conseillère municipale à Lyon 6ème. « On va lui envoyer un bulletin d’adhésion à l’UDI qu’il acceptera si c’est un vrai centriste » ajoute Christophe Geourjon. Et Fabienne Levy, conseillère du Grand Lyon de conclure « Et on sera très content de l’accueillir ». Un espoir bien mince pour un parti qui n’a pas vraiment encore trouvé sa voix et son modus operandi dans les territoires.