Photo © BS

Par Benjamin Solly

Élu du 3e arrondissement, Eric Lafond a présenté ses neuf têtes de liste « Lyon pour tous, tous pour Lyon » au Ninkasi Guillotière, lundi 27 janvier 2014.

C’est l’étiquette politique la plus courue de la capitale des Gaules. Et pourtant, pour pasticher la plaisante sagesse lyonnaise, « tout le monde peuvent pas être centristes, il en faut ben d’un peu partout. » Alors le centrisme à Lyon, kézako ? « Le centre à Lyon, c’est Collomb », assurait avec le zèle des convertis l’élue lyonnaise Fouzia Bouzerda (Modem), opposante municipale du sénateur-maire qui a finalement tourné casaque. De son côté, Michel Havard (UMP) s’affiche savamment comme le candidat de la droite et du centre, après un accord au forceps avec l’UDI. Voilà déjà deux pistes ! Le centrisme lyonnais navigue entre l’incarnation d’un Gérard Collomb décidément poly(tico)morphe  –« je suis l’histoire du socialisme à Lyon », tonnait-il à l’époque des législatives de juin 2012– et la patente d’un parti qui s’en arroge la paternité (UDI). « Notre vision du centre est modérée, citoyenne, indépendante et européenne », glisse de son côté Eric Lafond. Avec pour objectif majeur de « contribuer à améliorer la vie quotidienne des Lyonnais. »

Pourtant, à Lyon, les centristes affichés s’évertuent surtout à améliorer leur ordinaire quand arrive la saison des scrutins. On se souvient encore de la diaspora de l’entre-deux-tours en 2008 dans la soupière géante du candidat Collomb. Certains avaient alors préféré les trajectoires personnelles au projet. « Dans cette configuration, il n’était pas possible de conclure des accords de gouvernance », rappelle  Eric Lafond, alors tête de liste du Modem,  qui avait recueilli 7% des voix sur l’ensemble des neuf arrondissements. Ce qui passait alors pour du jusqu’au-boutisme n’en était pas. Car Eric Lafond se dit prêt aujourd’hui à assumer « un pacte de gouvernance ». Ne sera-t-il qu’une variable d’ajustement d’entre-deux-tours pour (dé)faire la future majorité municipale ? « Ce pacte de gouvernance, nous le négocierons autour du projet et du contenu », jure-t-il, promettant de ne pas dévoyer l’offre centriste sur l’autel d’un poste ronflant.

Chantre de la 3e voie, Lafond a donc présenté des têtes de liste « non salariées de la politique », qui porteront son projet baptisé « Lyon pour tous, Tous pour Lyon. » « C’est un slogan qui résume notre vision de ce que doit être la ville de demain, axée autour de ce qui nous rassemble » , explique celui qui portera le fer sur le 3e arrondissement. On retrouve parmi les neuf têtes de liste un certain Laurent Lecoeur, qui portera le projet sur le 9e arrondissement. Ce proche de Hamelin, déçu de l’UMP, n’a pas trouvé son compte chez Michel Havard. « Je ne faisais sans doute pas partie du premier cercle, ironise-t-il. J’ai trouvé chez Eric Lafond une méthode qui est plus proche de ce que j’attends de l’engagement en politique. » Effectivement, pas de clinquant chez le centriste, qui revendique tout sourire une campagne low-cost, avec quelques idées  qui valent le détour.

C’est le cas du projet d’aérotram dont l’objectif est de relier la colline qui prie à celle qui travaille. « C’est un mode de transport qui s’installe dans des villes françaises comme Brest ou Toulouse, illustre Lafond. Un kilomètre d’aérotram, c’est 10 millions d’euros. Le métro coûte dix à treize fois plus cher. Il faut pense l’investissement à la mesure des marges de manœuvres des collectivités et l’aérotram est parfaitement calibré pour un Sytral endetté. » On est loin des 550 millions d’euros de Michel havard pour sa ligne de métro Saint-Paul/Part-Dieu. « Les solutions sont dans l’émergence d’idées neuves et d’une approche nouvelle », répète-t-il. Jean-Claude Joseph, tête de liste sur le 8e arrondissement et lecteur de Justin Godard, résume la situation à travers un aphorisme bien lyonnais : « Le tout c’est pas d’y faire, c’est d’y penser ; mais le difficile, c’est pas d’y penser, c’est d’y faire. » Chaque projet est ainsi budgété au cordeau et réalisable.

Le candidat Lafond a déjà présenté les grandes lignes thématiques de son programme autour de l’emploi, l’éducation, la mobilité, la sécurité, l’environnement, le logement, la fiscalité, la démocratie locale et le sport.  Autant de projets à retrouver sur son site internet. En attendant les 23 et 30 mars prochains, le candidat bat la campagne. Notamment chaque samedi avec son « fil orange », à la rencontre des Lyonnais dans un quartier spécifique de la Ville. Il sera samedi prochain boulevard de la Croix-Rousse. Ce mardi soir, c’est au Café 203 de Christophe Cédat, tête de liste sur le 5e arrondissement, qu’Eric Lafond va inaugurer ses « Speed Tweetting. » Intitulé « 203 secondes pour convaincre », cet événement a vocation à parler simplement de politique, de façon respectueuse et posée. Il sera décliné chaque mardi, de 18h à 20h, avec des invités différents.

Les têtes de liste « Lyon pour tous, tous pour Lyon »
1e arrondissement : Thibaut Jaubert
2e arrondissement : Marie Lobbedez
3e arrondissement : Eric Lafond
4e arrondissement : Jean-Paul Berne
5e arrondissement : Christophe Cedat
6e arrondissement : Pierre Gauthier
7e arrondissement : Florence Maury
8e arrondissement : Jean-Claude Joseph
9e arrondissement : Laurent Lecoeur