Par Morgan Couturier

Fortement pressenti pour succéder à Nicolas Sarkozy à la tête des Républicains, Laurent Wauquiez a connu un été pour le moins agité. Le repos attendra…

La quiétude de la Haute-Loire et de l’Auvergne a paru bien utopique au président de la Région Aura. Ce dernier s’est bien hasardé à quelques jours de repos dans son département de prédilection mais ses prérogatives et l’actualité en ont décidé autrement. Reclus en famille du côté du Puy-en-Velay, Laurent Wauquiez a eu la bonne idée de s’aérer l’esprit au pied des volcans d’Auvergne. Car ses journées furent pour le moins chargées et ses méninges soumis à rude épreuve. En effet, selon son équipe, l’ancien ministre « a bossé tout l’été ». Alors que l’officialisation de sa candidature à la tête des Républicains est imminente, l’actuel vice-président de « l’union de la droite et du centre » a passé le plus clair de son temps au téléphone, à débattre de la question des Républicains.

Les sollicitations n’ont pas manqué, d’autant que le parti reste encore divisé sur la teneur de sa ligne politique. En témoigne la dernière prise de parole de Valérie Pécresse, ce mardi, au micro de Jean-Jacques Bourdin. « J’attends de voir qui sont les candidats, aujourd’hui ma ligne politique n’est pas la sienne, c’est une réalité », a-t-elle avancé, arguant le souhait de « peser sur la ligne » de son parti. Si la problématique du redressement de la famille républicaine a alimenté une bonne partie de ses « vacances », Laurent Wauquiez s’est également attelé aux futures échéances de la Région. « Il s’est reposé, mais il a travaillé sur le calage des dossiers pour la rentrée », dit-on. Le lancement d’un plan d’action pour le handicap – financé à hauteur de 4M€ – va dans ce sens. Ce rythme soutenu ne devrait pas aller en s’améliorant. Avec en point d’orgue, les fameuses élections, internes aux Républicains, du 10 et 17 décembre prochain.