Par Alissia Ahr

Partenaires depuis 1997, la Métropole de Lyon et Voies navigables de France ont signé un nouveau partenariat liant les deux entités jusqu’en 2021.

Roland Bernard, conseiller délégué de la Métropole de Lyon en charge du Fleuve et Marc Papinutti, directeur général de Voies Navigables de France, sont les chevilles ouvrières de ce partenariat. Une collaboration dans laquelle « s’est beaucoup investi Gérard Collomb » si l’on en croit Roland Bernard. Le sénateur-maire s’est pourtant fait remarquer par son absence. Qu’importe, depuis 1997, Voies Navigables de France et la Métropole de Lyon sont partenaires avec un enjeu commun, celui de redessiner la ville autour des fleuves. Les deux structures souhaitent une réappropriation de la Saône et du Rhône par les Lyonnais, cela permettrait d’arriver à concilier l’aspect économique avec une amélioration du cadre de vie. « D’autres agglomérations comme Strasbourg veulent suivre le modèle lyonnais », explique Roland Bernard. La charte représente une nouvelle étape majeure dans le développement de la ville comme capitale fluviale et est considérée comme un exemple à l’échelle nationale.

Cependant la préservation et la reconquête de l’espace coûtent chère, le contrat représente un investissement important de 5 100 000 € (dont 4 200 000€ pour VNF et 900 000 € pour la Métropole). « En 20 ans, nous avons redessiné le visage de la ville autour des fleuves et nous comptons bien poursuivre avec cette 4e charte, en faisant des actions encore plus forte », explique Marc Papinutti. En effet, les partenaires souhaitent prolonger la restauration de la façade fluviale, le développement de l’offre touristique fluviale, la croissance du transport fluvial de marchandises ainsi que la protection de l’environnement et les actions en faveur du climat. La charte inspire d’ores et déjà Roland Bernard, semblant avoir un don caché pour la poésie. « L’eau apaise et adoucit », a-t-il conclu.