De g. à d. : Alain Giordano (9e), Thomas Rudigoz (5e), Christian Coulon (8e), Odile Belinga (1e), Roland Bernard (2e), Myriam Picot (7e), Gérard Collomb (9e), Elvire Servien (6e), David Kimelfeld (4e), Christian Coulon (8e) Photos © MP/FS/DR

Par Marc Polisson et Benjamin Solly

Gérard Collomb est officiellement entré en campagne pour les municipales lyonnaises, mardi 21 janvier 2014. L’édile sortant a dévoilé ses neuf têtes de liste et son slogan de campagne, « Évidemment Lyon. » Revivez le direct de la conférence de presse sur Lyon People.

10h55 : La conférence de presse de Collomb se termine. L’heure est aux ateliers radio, télé et photo. Prochaine étape vendredi 24 avec la présentation du bilan de mandat avant l’inauguration mardi 28 janvier prochain de son local de campagne au 15 rue de la République.

10h54 : « Confluence, Part-Dieu, pôle de Perrache. » Collomb dévoile ses pistes programmatiques sur des projets qui sont déjà dans les tuyaux des assemblées délibérantes de la ville et de la communauté urbaine.

10h53 : Interrogé par le « narquois » -selon ses termes- Gérard Angel sur l’augmentation des impôts, Collomb déroule sur les investissements menés par la ville et permis par les recettes fiscales, dont fait partie l’impôt des particuliers. Il ne redit pas clairement qu’il augmentera l’impôt, comme il l’avait fait auparavant. A-t-il changé son fusil d’épaule ?

10h51 : Olivier Brachet, directeur de campagne, promet « de nombreux workshops sur les thèmes qui mobilisent les partenaires de la Ville »

10h47 : Le slogan de campagne sera finalement « Évidemment Lyon. » « Je crois que l’ensemble de celles et ceux qui viennent à Lyon se disent ‘quelle transformation, comme la ville change !’ Elle change dans sa force et dans sa beauté. » Collomb est passé de la déclaration (« Aimer Lyon », slogan 2008) à l’évidence (« Évidemment Lyon »).

10h45 : Sur le cumul des mandats, Collomb assure qu’il se pliera à la loi.
DSC_022710h43 : Message à l’attention des adversaires de l’édile lyonnais. « Je ne suis pas sur qu’il y ait la même connaissance de la ville, des problèmes du quotidien », évoque-t-il dans une généralité qui ne trompe personne. Le message est destiné à ses adversaires politiques.

10h41 : Texto du lieutenant de Michel Havard, Erick Roux de Bézieux, reçu à l’instant : « Collomb copie Havard avec quelques jours de retard. Amusant. » Cette campagne se fera sans répit !

10h40 : Collomb revient sur le virage social démocrate de François Hollande. « C’est toujours intéressant de voir évoluer un discours », répond-il timidement

10h38 : Des ministres en déplacement à Lyon pour soutenir le sénateur-maire ? « Nous faisons une campagne Lyon et les Lyonnais, comme vous l’avez remarqué », clôt Collomb. « Mais les ministres sont toujours les bienvenus dans cette agglomération », ajoute malicieusement Collomb. On se souvient de l’épisode de la Cité de la Gastronomie et ses « putains de ministres » brocardés alors par l’édile lyonnais.

10h37 : Collomb confirme qu’il y aura un accord avec le PRG et le Gaec pour finaliser ses listes municipales. La place occupée par le député Thierry Braillard n’est pas encore à l’ordre du jour.

10h36 : Pour Collomb, l’enjeu est également métropolitain. « Je veux construire une métropole de l’équilibre économique, de l’équilibre social et des grands projets écologiques », annonce-t-il.

10h35 : Ne pas renouveler son mandat de sénateur ? « Je ne me pose pas encore cette question », botte en touche Collomb.

10h33 : « Vous aurez dans quelques temps les personnes qui sont pressenties pour être maire d’arrondissement », confirme Collomb. Les têtes de liste ne seront donc pas mécaniquement maire d’arrondissement. L’heure est aux questions des journalistes.

10h32 : Collomb l’assure, il mènera une campagne « sprint. » Il ne reste qu’un soixantaine de jours avant le 1er tour des municipales (23 mars)

10h30 : Collomb reprend le crachoir pour confirmer qu’il mènera avec Alain Giordano, le maire sortant, la tête de liste sur le 9e arrondissement. Alain Giordano cite l’exemple de la réhabilitation de La Duchère, dont il est originaire, comme exemple du modèle d’urbanisme à la lyonnaise (enjeux écologiques, mixité sociale…).

10h29 : « Le 7e allie le dynamisme économique, le dynamisme universitaire et un cadre de vie pour les personnes plus âgées », détaille Myriam Picot, ancien Bâtonnier du Barreau de Lyon de 2009 à 2011, qui portera les listes Collomb sur le 7e arrondissement.
DSC_022410h27 : Elvire Servien, chirurgien à la ville qui mènera les listes Collomb sur le 6e arrondissement, veut « continuer à se battre », dans le champ politique cette fois-ci.

10h26 : « Le meilleur représentant du centre à Lyon, c’est Gérard Collomb », appuie Thomas Rudigoz.

10h24 : David Kimelfeld évoque sa passion de la Croix-Rousse. » « Nous voulons conjuguer l’attractivité et la solidarité, comme nous savons le faire à la Croix-Rousse », glisse-t-il.

10h21 : « J’ai le 2e arrondissement dans les tripes », explique Roland Bernard. Les têtes de liste prennent la parole une à une. « Je suis un de ses fans », continue Bernard, évoquant Gérard Collomb.

10h18 : Collomb dévoile les prochaines séquences de campagne : une conférence de presse de bilan de mandat vendredi 24 janvier, l’inauguration locale de campagne qui coincidera avec la présentation du programme arrondissement par arrondissement le mardi 28 janvier.

10h17 : Petit scud à l’attention de Michel Havard : « Etre maire de Lyon ne s’improvise pas, il faut de l’expérience, une capacité à trancher, une vision pour sa ville. »

10h14 : Le sénateur-maire enchaine sur la Métropole : « Que Lyon soit plus forte et plus solidaire. » « Marier l’urbain et l’humain », continue-t-il en reprenant une formule de Michel Havard. Il enchaine sur la transition écologique.

10h12 : Collomb déclare son amour à Lyon. « J’aime cette ville », glisse-t-il, avant d’égrener ses réalisations sur le 2nd mandat : réussite entrepreneuriale, ville plus solidaire… Et Collomb de développer sur ce dernier thème autour de la politique de logements sociaux de la Ville de Lyon.

10h10 : Collomb dévoile imméditament ses têtes de liste : Odile Belinga (1er arrondissement ), Roland Bernard (2e arrondissement), Thierry Philip (3e arrondiseement), Thomas Rudigoz (5e arrondissement), Elvire Servien (6e arrondissement), Myriam Picot (7e arrondissement), Christian Coulon (8e arrondissement), Gérard Collomb-Alain Giordano (9e arrondissement). Il oublie même de citer David Kimelfeld, tête de liste dans le 4e arrondissement. Olivier Brachet sera directeur de campagne.

10h07 : Gérard Collomb prend la parole. « Il y avait des pronostics sur les titres de nos listes, ceux qui seront têtes de listes… », ouvre-t-il

10h05 :
L’adjoint à la culture Georges Képénékian, le maire écologiste du 9e arrondissement Alain Giordano et le patron du groupe socialiste au conseil municipal Jean-Yves Sécheresse ont déjà pris place. Les salons du restaurant de Christian Têtedoie ont été redisposés avec des tables rondes d’une dizaine de places à disposition des journalistes.
DSC_021810h :  Selon Géraldine Musnier, la patronne de l’agence éponyme qui se chargera de la communication de campagne du candidat Collomb, une cinquante de journalistes s’est accréditée pour suivre la première conférence de campagne du candidat Collomb.

9h54 : Un des projets phare du 3e mandat de Gérard Collomb sera le bouclage du périphérique lyonnais baptisé « Anneaux des Sciences. » Un serpent de mer qui niche bien au chaud dans les cartons depuis 25 ans et que Michel Mercier, alors président du Conseil général, et Gérard Collomb, président du Grand Lyon, s’étaient attelés à remettre sur pied en 2011. Dès 2015, le Département s’effaçant au profit de la Métropole sur le territoire métropolitain, la nouvelle collectivité territoriale portera seule ce projet, du coût d’investissement (entre 2 et 3 milliards d’euros) à la maitrise d’ouvrage. A noter que le réaménagement du quartier et de la gare de la Part-Dieu, ainsi que la gare de Perrache, sont également dans les cartons de Collomb en cas de 3e mandat.

9h51 : Comme un pied de nez aux écologistes sécessionnistes, Gérard Collomb a choisi pour slogan de campagne « Naturellement Lyon. » Bouillant, le sénateur-maire de Lyon n’avait pu résister à la tentation de l’employer une première fois, bien avant son entrée officielle en campagne. L’édile l’avait en effet dévoilé à l’occasion de l’apéro organisé par Acteurs de la Ville dans l’immeuble New Deal, plus connu des Lyonnais sous le nom d’immeuble Citroën. « Naturellement Lyon » doit illustrer la pertinence de l’urbanisme à la lyonnaise, vu à travers le prisme de l’enjeu écologique.

9h46 : Pour la première fois depuis 1989, la gauche présente des listes distinctes au 1er tour des municipales lyonnaises, au nombre de trois. A celle du maire sortant s’ajoutent celles d’Europe Ecologie-Les Verts et du Front de Gauche/Gram qui ont décidé, par le vote des militants, de préserver leur diversité avant un hypothétique ralliement d’entre-deux-tours. Les négociations s’annoncent d’ores et déjà compliquées au regard du relationnel délétère qu’entretient Gérard Collomb avec ses partenaires de gauche, notamment Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) et Etienne Tête (EELV).

9h42 : Parmi « les prises de guerre » à venir, on parle d’Anne-Marie Comparini, ancienne présidente du Conseil régional, qui rejoindrait la team Collomb. S’agira-t-il d’un soutien réservé à son ancien chef de cabinet à la Région, Thomas Rudigoz, sur le seul 5e arrondissement où l’ex-présidente du Conseil régional étendra-t-elle sa bienveillance à Gérard Collomb ? Un autre transfuge fait jaser Fourvière, celui du milloniste Christian Barthélémy, conseiller communautaire et spécialiste de la Métropole, qui rejoindrait Gérard Collomb pour ce scrutin.
DSC_02209h40 : La colline qui prie a également été le théâtre des plus jolis coups politiques de ce début de campagne. Après la centriste Fouzia Bouzerda et la milloniste Blandine Reynaud, Gérard Collomb a réussi à attirer Jean-Dominique Durand, ancien président de la Fondation Fourvière, sur ses listes, quand Michel Havard a convaincu Didier Pesson (le fils d’Alexandrine Pesson, maire de l’arrondissement de la majorité Collomb – NDLR) de le rejoindre. Œil pour œil, dent pour dent.

9h37 : Le 5e arrondissement cristallise les enjeux de cette élection municipale. Si Michel Havard, candidat de l’UMP et e l’UDI, souhaite conquérir la mairie centrale, il devra s’imposer dans son fief où le maire de Lyon lui opposera le centriste Thomas Rudigoz. Blanchi sous le harnais à l’école Anne-Marie Comparini, Thomas Rudigoz présente un profil politique et générationnel similaire à celui de Michel Havard. Le combat s’annonce serré.

9h33 : Christian Têtedoie a été parmi les premiers à rejoindre le comité de soutien de Gérard Collomb, baptisé Acteurs de la Ville. Le chef aurait d’ailleurs du honorer une autre invitation aujourd’hui, mais l’entrée en campagne du maire sortant a modifié son emploi du temps. Ce télescopage de calendrier a d’ailleurs contribué à dévoiler avec quelques heures d’avance la date d’entrée en campagne de Collomb.

9h30 : Bonjour et merci de nous suivre pour ce direct depuis La Terrasse de l’Antiquaille, restaurant du chef étoilé Christian Têtedoie, sis sur la colline de Fourvière. Gérard Collomb dit du lieu qu’il « offre la plus belle vue sur Lyon. » Au lendemain du dernier Conseil municipal, le sénateur-maire de Lyon a choisi le site de l’Antiquaille, objet d’un projet de réhabilitation au cours de son 2nd mandat, pour entrer en campagne et présenter ses neuf têtes de liste d’arrondissement.