Photo © DR

Par Benjamin Solly

Sur fond d’affaire Cahuzac et de primaires UMP à Lyon, le conseil municipal doit siéger lundi 8 avril 2013 dès 15h.

Réfection du palais de Bondy, réinstallations de deux MJC à Montchat et Confluence, extension de l’Ehpad Marius Bertrand, nouveau marché d’après-midi à Lyon 7e ou mise à disposition de tablettes tactiles dans les dix espaces numériques des bibliothèques municipales… L’ordre du jour sera dense pour la reprise des conseillers municipaux de Lyon.

Et, forcément, l’actualité nationale pourrait bien prendre le pas sur les enjeux locaux. Notamment sur les dossiers avec intervention. Le sénateur-maire de Lyon n’a en effet jamais réagi à l’affaire Cahuzac et à la crise qui secoue la gouvernance socialiste. Nul doute que Collomb moudra le grain de la primaire UMP s’il est attaqué sur l’épisode qui frappe ses camarades socialistes.

Aussi, la question d’un remaniement de l’exécutif national n’a jamais été si prégnante. Une table rase qui permettrait de tourner formellement la page Cahuzac. Selon un sondage paru le 7 avril 2013 dans l’édition papier du JDD, 60% des Français y sont favorables.

Collomb ministrable ?

Au jeu des pronostics, Le Point avance déjà le futur scénario. « Celui qui consiste à faire entrer des poids lourds (Martine Aubry, Bertrand Delanoë, Gérard Collomb, voire François Rebsamen ou Ségolène Royal) autour d’une équipe resserrée de 15 à 18 ministres entièrement tournée vers trois objectifs socio-économiques (le chômage, le désendettement de la France et la reprise de la croissance). »

Etonnamment mutique depuis le début de la tempête qui frappe le gouvernement, Gérard Collomb pourrait-il faire partie de la seconde fournée ministérielle qui semble se dessiner ? A onze mois des municipales, l’édile lyonnais a toujours fait savoir sa préférence pour la capitale des Gaules.