Par François-Jean Tixier

 

Mené 4-0 après 67 minutes, Lyon a sombré face à Benfica mardi au stade de la Luz à Lisbonne, en match de la 4e journée de la Ligue des Champions, avant de réagir trop tardivement pour concéder une défaite 4-3 qui laisse forcément des regrets.

 

Après ce revers, qui peut avoir des conséquences pour les prochaines semaines, l’Olympique lyonnais conserve néanmoins la tête de la poule B (9 points) devant Schalke 04 (7 pts), accroché par Tel-Aviv (0-0), et Benfica (3e, 6 pts). La qualification pour les 8es de finale, qu’un résultat nul lui aurait permis d’obtenir, reste en suspens pour l’OL. Le déplacement à  Rennes, samedi en championnat, et celui sur le terrain de Schalke O4, le 23 novembre pour la 5e journée de C1, s’annoncent désormais délicats avec toujours la pression des supporteurs sur l’entraîneur Claude Puel et par voie de conséquence sur le président Jean-Michel Aulas qui s’est rapproché de la gestion sportive.

 

Benfica a pris l’avantage dès la 20e minute par Alan Kardec qui reprenait de la tête un coup franc de la gauche de Carlos Martins (20). L’équipe lisboète a porté le score à 2-0 par Fabio Coentrao qui battait Hugo Lloris d’une reprise de volée à la réception d’un centre de l’aile droite d’Eduardo Salvio (33) avant que Javi Garcia, de la tête sur un corner joué de la gauche par Martins, ne devance Lloris dans sa sortie pour donner une avance de trois buts au club portugais (3-0, 43). En seconde période, Coentrao, servi par Martins, ajoutait un quatrième but en lobant Lloris, avancé, après une contre-attaque à la suite d’un corner en faveur de Lyon (67). En fin de partie, Yoann Gourcuff a réduit la marque en reprenant un centre de l’aile droite d’Alexandre Lacazette (4-1, 75) puis Bafétimbi Gomis reprenait victorieusement un corner joué par Gourcuff (4-2, 84). Dans le temps additionnel, Lovren, de la tête devançait la sortie manquée du gardien Roberto après un coup franc joué par Maxime Gonalons (90+6).

 

Avec une composition d’équipe discutable, positionnant notamment le défenseur central Dejan Lovren, un droitier, comme arrière gauche, qui a souvent été dépassé, reléguant ainsi Kim Kallström qui occupait ce poste samedi, sur le banc de touche, et un entrejeu insuffisamment costaud avec Miralem Pjanic et Yoann Gourcuff comme milieux offensifs, inexistants, Lyon a totalement échoué. Et Benfica a eu la mainmise totale sur la première heure de jeu, domptant un Lyon inoffensif seulement dangereux sur une reprise de Jimmy Briand à la réception d’un centre d’Anthony Réveillère (28). Lloris détournait d’entrée une tentative de Salvio (12) avant un tir de Coentrao au-dessus (19). Réveillère, devant son gardien, dégageait après un centre en retrait d’Alan Kardec (26) alors que Cesar Peixoto manquait le ballon après un premier tir de Salvio repoussé par Lloris (39). Après la mi-temps, Benfica, hormis le 4e but de Coentrao, a surtout cherché à gérer mais a mal conclu son match face à la réaction tardive des Lyonnais, réalistes en fin de partie.