Par Morgan Couturier

Quasiment assuré de se qualifier pour le tour suivant, l’OL entend entériner sa supériorité face aux Hollandais de l’AZ Alkmaar, ce soir, en 16e de finale de l’Europa League.

La tranquillité et la sérénité  sont de biens vagues notions dans ce monde si particulier qu’est le ballon rond. Les victoires apaisent souvent les tensions et dérident les esprits les plus fermés. D’autant plus, à l’OL, où l’enjeu du match retour face aux Hollandais de l’AZ Alkmaar, a disparu sous les coups de boutoir des Olympiens, particulièrement efficaces lors de la joute aller. A les voir détendus, retraçant leurs performances sur console, la séance d’entrainement d’hier a rapidement laissé paraître l’idée qu’Alexandre Lacazette et ses partenaires avaient l’esprit tourné vers les batailles futures, à commencer par celle de Metz, ce dimanche. L’émérite buteur lyonnais pourrait d’ailleurs se voir accorder un peu de repos, ce soir, la confortable avance construite à l’aller permettant de se passer de l’adresse du goleador.

Si Lacazette devrait prendre place sur les sièges baquets du banc de touche, d’autres ont l’occasion de sortir de l’ombre, Bruno Genesio ayant annoncé un turnover logique. « Des joueurs ont besoin de jouer et ce sera le cas », promet-il, dans un style décontracté qu’il n’avait plus manifesté depuis quelques semaines. Doit-on s’attendre pour autant à un spectacle indigeste ? Le coach ne l’espère pas, lui qui aspire à cette tranquilité qui le fuit actuellement. « On a fait un grand pas mais il faut se préparer de la manière la plus sérieuse. Nous avons bien travaillé. On veut construire sur la série de deux victoires et gagner de la confiance », clame-t-il. La salle de presse, très clairsemée, traduit pourtant la pensée collective. L’OL n’a rien à craindre de ce premier rendez-vous du Parc OL avec l’Europa League.

Aussi, la présence inattendue devant les micros de Jordan Ferri trouve plus d’attentions et d’intérêts auprès des journalistes. Les questions deviennent plus pointues. Plus piquantes aussi. Les états d’âme d’un joueur remplaçant sont souvent prolifiques en déclarations chocs. Les sourires gênés traduisent le malaise partagé. Mais rodé à l’exercice, le jeune milieu de terrain ne s’aventura pas sur son avenir. Un coup d’épée dans l’eau. L’heure n’est pas à ce genre d’entretien. Retour à cette bataille européenne ? Que nenni ! Conscients de la situation de leurs protégés, les journalistes hollandais évitent grossièrement d’aborder le sujet, préférant interroger les Lyonnais sur la qualité du foot français. L’OL a montré l’étendue de la puissance de feu tricolore du côté des Pays-Bas. À lui de confirmer ce soir. Au nom de cette fameuse sérénité.