Par François-Jean Tixier

 

La malchance s’acharne sur Yoann Gourcuff: après une dernière année difficile à Bordeaux puis une saison très noire à Lyon, le milieu offensif, qui n’avait pas terminé le championnat pour des douleurs aux adducteurs, craint maintenant d’être opéré de la cheville gauche.

 

Le joueur est parti prématurément du stage suivi par l’OL en Autriche la semaine passée afin de passer des examens à Lyon et suivre un premier protocole de soins, avec notamment une infiltration. "J’ai un morceau d’os qui se promène dans l’articulation et cela a rayé le cartilage", explique l’international. "Nous sommes attentifs aux premiers soins prodigués, en espérant que cela donne les effets escomptés", précise Rémi Garde, le nouvel entraîneur lyonnais. "L’opération est l’une des solutions mais nous n’en sommes pas là encore", prévient-il néanmoins. "Nous avons 48 heures pour nous décider. Il ne faut pas se précipiter dans la décision mais pas trop tarder non plus. Avec une opération, ce serait limite pour qu’il soit prêt pour le barrage de Ligue des Champions" (ndlr: le match aller est programmé le 16 ou 17 août), poursuit Garde. "Je me suis levé un matin avec la cheville enflée et je n’avais plus la mobilité", confie Gourcuff. "Actuellement, je ne peux pas jouer", reconnaît-il. "Pour l’instant, j’arrive à courir mais au niveau des passes du cou du pied, j’ai des douleurs. Nous faisons des essais pour voir où j’en suis", ajoute-t-il encore.

 

Transféré fin août 2010 de Bordeaux à Lyon pour 22 millions d’euros assortis d’un maximum de 4 millions d’euros de bonus liés aux performances du club rhodanien et du joueur, Yoann Gourcuff est loin d’avoir répondu aux attentes. Lors de la reprise de l’entraînement, le président Jean-Michel Aulas espérait beaucoup du retour en forme du Breton. "Il pourrait être considéré comme notre première recrue", plaidait même JMA, le club n’ayant pour l’heure engagé aucun nouveau joueur. Pourtant, Yoann Gourcuff pensait avoir mis tous les atouts de son côté pour être fin prêt en vue de la reprise, remotivé en outre par un changement d’entraîneur et la prise de fonction de Rémi Garde à la place de Claude Puel. Toujours un peu coincé en conférence de presse, il a expliqué, toujours souriant, avoir perdu, lors d’une cure suivie à Merano (Italie), quatre kilos compensés partiellement par du muscle après quelques jours de préparation. "C’était une volonté personnelle, du temps pris sur mes vacances", dit-il. "L’an dernier, je me sentais un peu lourd. Du coup, je me sens plus explosif et plus léger que la saison passée au cours de laquelle je n’étais pas bien physiquement", avoue-t-il. Sur le changement d’encadrement, Gourcuff se réjouit "de la nouvelle dynamique". "Pour la plupart d’entre nous, nous avons vécu une saison dernière compliquée. Aujourd’hui, cela se passe bien. Nous avons envie de bien redémarrer, de nous servir du passé comme expérience et de prendre plus de plaisir", souligne-t-il. "Quand c’est fait dans la bonne humeur, cela passe bien. Maintenant, nous ne sommes qu’en préparation", ajoute le meneur de jeu, conscient de l’attente permanente autour de lui. Ainsi déplore-t-il particulièrement cette blessure à la cheville. "C’est une période très importante et il est dommage de devoir prendre un peu de retard", s’inquiète-t-il. "C’est gênant dans la préparation car c’est là que l’on acquiert des automatismes et le socle physique pour la saison", regrette de son côté Rémi Garde, qui fait face à son premier problème à gérer.