. P E O P L E ... c i t y  

.

MARSEILLE
AVIGNON
TOULON

AIX EN PROVENCE

ANNECY
GRENOBLE
SAINT ETIENNE
VALENCE

 

P E O P L E ... n e w s
Lyonpeople, stars lyon, people, lyon, sortie, restaurant / LES GENS

25 juin 2007



 Photos © Saby Maviel

 

Chaque mois, un illustre représentant du monde sportif s’allonge sur le divan de l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras et micros pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. Le milieu de terrain de l’OL se prête au jeu ce mois-ci sur le divan d’Iceo.

 

Qu’est-ce que tu fais quand tu ne fais rien ?

Rien ! (rires). C’est ma fille qui me réveille le matin dans mon lit, je traîne un peu avec elle et ma femme. Et pour le reste tu sais c’est assez banal. En fait je vis comme un petit vieux.

 

Qu’est ce qui te manque le plus depuis ton départ de Nantes ?

La famille, les proches et les bouffes avec mes potes.

 

Quel est ton rapport à l’argent ?

D’abord je sais que je suis un privilégié mais je dépense très très peu. Si tu veux un exemple les sapes je n’en achète jamais, de toutes façons je ne sais pas m’habiller.

 

La notoriété tu aimes ça ?

La vérité avec la notoriété c’est que ça ouvre des portes, même si dans l’absolu je n’aime pas ça. Mais il faut bien reconnaître que si tu te fais arrêter par la police ça passe mieux.

 

Vivre avec toi c’est dur ?

(Songeur) Je pense que oui. Dans le groupe de l’OL je suis quelqu’un de très agréable, en revanche à la maison je suis beaucoup plus tendu, je m’énerve facilement.

 

Qu’est ce qui te rend fou de rage ?

L’injustice évidemment. J’ai visité un hôpital il y a quelques temps où il y avait des enfants en phase terminale, il n’y a pas de mots.

 

Qu’est ce qui te rend heureux ?

Voir les gens que j’aime avec la banane, en pleine bourre et aller en Bretagne pour faire un bon barbec’.

 

Quel genre de filles te fait fuir ?

Celles qui parlent tout le temps de foot et surtout celles qui s’exposent.

 

Quelle est la partie de ton corps que tu déteste ?

Mes cheveux, je n’arrive pas à me coiffer (rires). A Nantes, ils m’appelaient la grosse touffe. Dans toute ma vie, j’ai du mettre deux fois du gel !

 

Et celle que tu préfère ?

Mes pieds, c’est eux qui me font gagner ma vie.

 

A quand remonte ta dernière cuite ?

Il y a quelques jours à Saint-Tropez, on est parti, joueurs et staff pour fêter le titre, c’était génial.

 

Si tu pouvais changer un trait de ta personnalité ?

Peut-être être moins timide, mais je me soigne. Le foot, crois-moi ça aide. Avec le temps j’espère bien trouver le juste milieu.

 

Ton dernier SMS c’était quoi et pour qui ?

C’était pour toi ! (rires) et c’était hier pour te confirmer le rendez-vous d’aujourd’hui.

 

Des SMS, tu en envoies beaucoup ?

Je ne vais pas te dire jamais mais presque.

 

Tu es romantique ?

Moins qu’avant. Avec le temps c’est bizarre mais j’ai l’impression qu’on s’endurcit. Avant par exemple, j’envoyais des fleurs à ma femme quand j’étais au vert et moins maintenant c’est dommage.

 

Après le foot, il y a quoi ?

La retraite ! (rires) on se charrie souvent avec Pascal Delhommeau qui est joueur à Metz. Il est aussi timide que moi, alors je lui ai dit que j’allais attendre de voir ce qu’il fait pour faire exactement comme lui (rires).

 

Tu resteras dans le foot ?

C’est difficile de répondre pour l’instant mais franchement je ne crois pas.

 

Est-ce que tu penses parfois à la mort ?

En fait assez souvent. Surtout depuis la naissance de ma petite fille (songeur).

 

Maintenant on change, c’est toi qui me poses une question.
Bart, dans quel endroit faut-il sortir à Lyon pour rire et passer un bon moment ?

 


Réagir à
cet article


A suivre,
Claire Faure :  Miss Rhône en son pré carré
 

Jérémy Toulalan
 

 

 

 

 


Le café réchauffé
c'est terminé !
Cliquez ici