L’artiste australienne, Tracey Chouvin, confie ses impressions d’une vie, en exposant une trentaine d’œuvres à la galerie Mémoire des Arts.

Comment, reconnaît-on un artiste de l’Art brut, ou, de l’Art Outsider ? Par la sincérité irréprochable, incontestable de sa démarche. Rien d’autre. Telles étaient les conditions fondamentales posées par Jean Dubuffet, fondateur de la Collection de l’Art brut, désormais présentée à Lausanne, en Suisse. Cette exposition est organisée par Alain Vollerin, mais, avec le soutien d’André Chouvin, chef de qualité hautement gastronomique, installé au Tilia, au-dessus de Tarare. Tracey Chouvin peint avec l’esprit et le cœur de tendres paysages qui égalent dans leur spontanéité ceux de Séraphine de Senlis, ou, de la marocaine Baya.

Comment, ne pas succomber aux charmes de la fille sur la balançoire ? Comment ne pas partager les émotions de Tracey Chouvin qui peint des séries dont est issue la composition intitulée : Désir Sex, Série VI. Partageons la fête d’amour de Tracey sur le Canapé. Les personnages semblent voler, portés par leurs rêves et leurs émotions, comme dans les hymnes à la joie d’aimer de Marc Chagall. Les titres de ses toiles sont évocateurs : Le poisson chanceux, le coucher de soleil sur Tumbi Road, le lac rouge, lever de soleil sur la forêt de pluies, le verger de pommiers à Tumbi Road, etc… Tracey Chouvin, nous emporte dans un univers poétique unique, fait d’irrationnel, d’imaginaire, et de dérives naïves, mais salutaires.

Du 30 mars au 22 avril 2017
Du lundi au vendredi de 15h à 19h, et, samedi de 10h à 13h, et, de 15h à 18h.
Galerie Mémoire des Arts, 124 rue de Sèze – Lyon 6