dorot-rey-coquais Par Alain Vollerin

 

Odette Rey-Coquais est une figure de la peinture lyonnaise. Fille de Jean Perret, membre, comme lui, de la Société Lyonnaise des Beaux-arts, elle joue au sein de cette vénérable société un rôle non négligeable depuis plusieurs années.

 

Son mari, Michel Rey-Coquais assume avec efficacité et une certaine sensibilité la tâche de trésorier. Saluons au passage cette famille de bijoutier qui joua un rôle de pionnier dans le monde social tentant en innovant d'adoucir le rapport entre le patronat et le monde ouvrier. Mais, revenons à la peinture où Odette Rey-Coquais nous devons le dire, n'est jamais aussi touchante que lorsqu'elle reste fidèle à l'esprit de paysagiste inspiré de son père Jean Perret. Pourquoi vouloir faire plus ? Ou mieux, ou différent ? Pourquoi n'y aurait-il pas dans cette famille une tradition du paysagisme bien ressenti, bien exprimé avec des coloris choisis et propres à leurs caractères bien trempés. Car, comme son père, Odette Rey-Coquais n'hésite pas. Elle affirme une nature déterminée, parfois débordée par son esprit joyeux, exubérant mais toujours attentif aux autres, au monde dans ses aspects les plus colorés. Dorothée Merle qui a choisi comme nom d'artiste Dorot, peint des gourmandises. Ses tableaux les plus spectaculaires, les plus sensibles, traitent de la pâtisserie à l'exemple de ses somptueux macarons. L'horaire des vernissages le dimanche a changé. Il est maintenant fixé à 15 heures. Le jour de notre visite les rues étaient noires de monde. On était venu voir les multiples crèches réparties dans les ruelles de ce vénérable village médiéval.

 

Jusqu'au 2 janvier 2010

Galerie Lionnes de Kaolin

Oingt en Beaujolais