IAC Bugati.jpg La Bugatti de Fouad Bouchoucha – Photo DR

 

Par Alain Vollerin

 

Rendez-vous pour les meilleurs de la classe et les performeurs qui ont la classe "Bugatti", comme Fouad Bouchoucha toujours en pole position et le premier sur la ligne d’arrivée.

 

Thierry Raspail directeur du Mac de Lyon, et directeur artistique de la Biennale d’Art contemporain, et Yves Robert qui fut directeur de l’école des Beaux-Arts de Lyon qu’il conduisit en l’installant aux Subsistances, et après des travaux colossaux, à l’une des premières places en Europe, et dirige désormais à Nice la prestigieuse Villa Arson, ont tous deux conçu en 2002 cette scène mondiale destinée à soutenir les plus passionnants élèves détenteurs de leurs diplômes. Son départ consécutif à une mésentente avec le maire de Lyon, Gérard Collomb, est préjudiciable, même si son successeur, Emmanuel Tibloux ex-directeur de l’école supérieure d’art et de design de Saint-Etienne, ne manque pas de compétence. Le jury est constitué par les commissaires de neuf biennales : Liverpool, Dakar, Istambul, Sao Paulo, Nouvelle-Orléans, Sydney, Gwangju, Kochis-Muziris, et Moscou. Vingt artistes exposent : Fouad Bouchoucha déjà présent dans l’exposition organisée à l’école dans le réfectoire des nonnes ‘To Hug a snake", Viriya Chotpanyavisut, Zarouhie Abdalian, Julia Cottin, François Daillant, Rohini Devasher, Newell Harry, MOhamed Konaté, Thomas Léon, Camille Llobet, Sandra Lorenzi, Soichiro Murata, Emilie Peythieu, Richard Proffitt, Matheus Rocha Pitta, Sasa (44), Anne-Lise Seusse, Sophie T.Lvoff, Antony Ward, Anya Zholud. Fouad Bouchoucha qui est né en 1981 à Marseille est très organisé. Il se comporte comme tous les anciens élèves d’écoles d’art en véritable professionnel. Il est passionné par l’esthétique industrielle, peut-être parce que ce diplômé des écoles de Marseille et de Lyon débuta par des études de dessinateur industriel. Son œuvre s’inscrit dans l’histoire de la production de sons, ce qu’on nomme aussi la poésie sonore. Il donne des concerts. Il a exposé à Lyon à la BF 15 en 2010 avec Thomas Léon, à Paris galerie Alain Gutharc. Ici, il s’approprie une Bugatti pour jouer avec nos désirs, nos souvenirs, nos émotions. Pendant le vernissage, tous les officiels de l’Art contemporain régional étaient présents. On assista une fois encore à une verbeuse intervention de Jean-Paul Bret maire de Villeurbanne, comme tous les politiciens, très satisfait de lui-même. A ses côtés, Jean-Jack Qyeyranne, Georges Képénékian, et le très motivé président des amis de l’Institut, le chirurgien Jacques Caton. Rendez-Vous incarne désormais une vitrine nécessaire pour percevoir l’apparition de jeunes talents qui devront se défaire de tout formatage par le système en place.

 

Jusqu’au 13 novembre 2011

Institut d’Art Contemporain

11, rue Dr Dollard – 69100 Villeurbanne

04 78 03 47 00

Du mercredi au dimanche 13h / 19h