ral---nouvelle-chelle-do Par Alain Vollerin

 

…et de son auteur, un ancien élève de l'école des beaux-arts de Lyon, auquel je viens de rendre hommage sur la grande mezzanine du Crédit Lyonnais, en son siège de la rue de la République, par une sublime rétrospective.

                                                

Ici, Joël Réal présente ses œuvres les plus récentes : huiles sur toile, dessins, pastels et collages. Joël Réal a rencontré le bonheur. Il nous le dit, et nous le montre simplement, comme, il nous autorise à pénétrer un coin de son atelier, de son jardin et son patio, tout son univers où, en marginal sincère, il s'exile pour vivre une aventure intensément personnelle. Se relation à l'amour est plus proche de Stendhal que du plus ténébreux de nos séducteurs contemporains. Joël Réal s'approche de notre monde avec prudence, avec de nombreuses préventions qui font tout l'intérêt et la qualité de sa peinture. Il se souvient d'une corrida, d'un café en Catalogne, mais aussi des monts du Lyonnais. Sur la toile, le rapport entre les êtres et les choses est cloisonné. Joël Réal a besoin de sélectionner les espaces, comme au temps des triptyques les peintres chrétiens utilisaient des prédelles, pour dire le complément de l'histoire qui devait être contée. Ainsi, Joël Réal s'affirme comme le conteur de son intimité, ainsi, il parvient à l'harmonie. Les plus réussies de ses œuvres sont celles où il s'exprime par rupture, par opposition de couleurs pures : un bleu, un blanc, un rose, un jaune citron, un mauve, etc, en véritables chocs visuels. D'autres fois, nous sommes au-dessus d'un vide immaculé où les objets viennent se poser et s'offrir à nos regards : les feuilles d'un saule, une poire, une lettre et son enveloppe. Est-ce une sensation subjective ? Les couleurs, dans l'ensemble des toiles peintes ces derniers mois, me paraissent plus présentes, plus soutenues. Une constante ! Les femmes sont toujours aussi mystérieuses dans l'univers de Joël Réal. Alanguies, allongées sur des chaises longues, elles offrent aux yeux du chat qui déambule entre le jardin et l'atelier de quoi alimenter ses longues rêveries. A deux pas, l'artiste veille. Le temps s'écoule lentement. Comme la vie est belle en ce printemps où, la Nature reprend ses droits…

 

Joël Réal – peintures récentes

Jusqu'au 22 mai 2010

Galerie Nouvelle Echelle d'Or

124, rue de Sèze – Lyon 6eme

06 32 62 93 21

Mardi au vendredi de 15h à 19h et samedi de 14h à 17h