Fragilisée, la belle brasserie lyonnaise est une proie facile pour Mac Do – Photo © LP

Par Marc Polisson

Dernier sujet d’inquiétude en date pour les habitants du 6ème : l’installation d’un Mac Donald, sur l’artère la plus prestigieuse de leur arrondissement.

Il est confirmé que les représentants de la multinationale ont approché le propriétaire du Rive Gauche, sis au 31, cours Franklin Roosevelt. On évoque une offre d’achat à 1,2 millions d’euros. Problème de taille, la brasserie visée, dont le décor à la parisienne est apprécié, se trouve à un jet de palets du célèbre chocolatier Bernachon et de l’étoilé Michelin Pierre Orsi. Un mélange des genres totalement inacceptable pour la grande majorité des habitants qui redoutent la disparition de cet élégant café. La mobilisation s’organise.

Interrogé par Lyon People, le maire du 6ème Pascal Blache se veut ferme mais pragmatique. Voici sa position que nous publions in extenso :

1) Je ne suis toujours pas en mesure d’assurer qu’un contrat est signé entre le Rive Gauche et Mac Donalds. Des informations contradictoires nous parviennent régulièrement, même si nous savons que Mac Do veut s’installer dans l’arrondissement depuis très longtemps et s’est déjà cassé les dents plusieurs fois.

2) Je ne suis pas contre l’idée qu’un Mac Do ou autre commerce de ce type-là s’installe dans le 6e. Même si je ne suis pas un grand amateur de ce type de nourriture, je ne m’interdis pas d’y aller quelques fois et comprends complétement que des habitants du 6e souhaitent ce type d’installation. Pour mémoire, la moyenne d’âge de la population du 6e est de 38 ans et la plus grosse partie de la population a moins de 15 ans… Il y a donc une demande.

« Un Mac Do oui, mais pas là »

 3) Pas là parce que remplacer une brasserie historique est dommage. Il ne faut pas réitérer les erreurs du passé : la disparition des brasseries de la place Bellecour au profit de restaurants dits rapides, c’est un peu de patrimoine lyonnais qui est parti en fumée. Contre car cette installation aura forcément des conséquences sur le voisinage et sur la fluidité de la circulation : risque de bruit, risque de double file, risque de rassemblements (voir Mac Do place Charles Hernu ou voir Mac Do place le Viste). Le Cours Franklin Roosevelt est un axe structurant pour accéder au centre-ville de Lyon et les difficultés de circulation sont déjà très importantes à certaines heures. D’autres lieux du quartier pourraient parfaitement convenir et répondre au cahier des charges de Mac Do tout en apportant le service attendu par certains résidants du quartier.

4) Les moyens pour une mairie d’arrondissement de s’opposer à un tel projet sont très limités. Les normes architecturales, de sécurité et d’hygiène peuvent éventuellement être un frein à l’installation d’une telle enseigne, mais si ces locaux doivent être vendus au Mac Do, il s’agit d’un contrat entre privés et la mairie d’arrondissement n’a pas son mot à dire. Seul un changement de destination permettrait une opposition, ce qui n’est pas le cas ici. Le règlement de copropriété, selon son libellé, peut permettre de s’opposer à ce type d’installation si lors de sa dernière validation il a mis des barrières à ce genre de commerce… »

Mac Do rue Edouard Herriot

Le Mac Do de la rue Edouard Herriot – Photo © LP