Par Marc Polisson

La cérémonie au cours de laquelle Jean-Michel Aulas recevra les insignes d’officier de la Légion d’Honneur se tiendra dans la salle des fêtes de l’Elysée, le lundi 24 avril 2017 en fin d’après-midi, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle.

Ce sera la dernière remise de décorations de la piteuse ère Hollande et seul le président de l’OL sera distingué ce soir-là. Le protocole élyséen a accordé à JMA un quota de 50 invitations. Vu le carnet d’adresses du président de l’OL, ça a dû être compliqué de choisir ses accompagnateurs. Si le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb, les inconditionnels du Président (Christophe Comparat, Clovis Cornillac, Gilbert Giorgi, Serge Manoukian, Marco Chopin, Gérard Angel, Etienne Tête…), les actionnaires du club (Jérôme et Thomas Seydoux…) et les sponsors de l’OL (Francis Thomine de Groupama, Michel Viera de MDA…) ont reçu une invitation en bonne et due forme, un grand nombre des personnalités ont été abusivement conviées rue du Faubourg Saint Honoré. Et pour cause, un gentil plaisantin s’est amusé à dupliquer le carton d’invitation et à l’envoyer à toute la ville.

Le sang de ces people lyonnais n’a fait qu’un tour en ouvrant leur boîte aux lettres. Enveloppe écrite à la plume, carton en lettres anglaises, tenue de ville exigée, « Le Président de la République Française vous prie de lui faire l’honneur d’assister à la réception qu’il offrira à l’occasion de la remise des insignes d’officier de la Légion d’honneur à Monsieur Jean-Michel Aulas. » Et pour répondre à la missive, c’est simple comme un but de Lacazette. Un numéro de téléphone portable : 06 12 xx xx xx, celui du président himself.

« Mimine, on fait quoi  le 24 avril ? Y’a Jean-Mimi qui paie un canon, on va pouvoir se rembourser nos impôts chez Flamby ? »

Les plus fins limiers, dès l’ouverture de l’enveloppe, ont deviné le canular en comparant les cartons officiels posés sur leur cheminée avec celui reçu par la Poste. Les autres, majoritaires et dont nous tairons les noms par pure charité chrétienne, ont tous appelé pour répondre. Les plus chanceux ont eu droit à un accueil crispé du Président de l’OL obligé de leur répondre que non, ils n’étaient pas invités, qu’on avait voulu se moquer de lui, que s’il tenait le p… d’enc… de sa race qui lui avait fait ce coup, que… Oubliant la fastueuse réception prévue dans la foulée à un corner de l’Elysée, au Pavillon Gabriel, où il aurait pu inviter in petto le gratin lyonnais piégé par cette lettre anonyme.

Dommage, on aurait bien planqué face au 55 pour avoir une photo des people éconduits. Et au Pavillon pour garder une trace des vrais amis de Jean-Mimi. Pour les autres, il faudra vous contenter des buffets de la President Box et de la Brasserie des Lumières. En espérant fouler, d’ici quelques semaines, les tapis épais de la salle des fêtes de l’Elysée avec un nouveau Président. Pour la Légion d’honneur de Gégé ou de François-Noël Buffet ? L’histoire le dira. D’ici là, méfiez-vous des contrefaçons !