© DR/facebook

Invité de la rubrique « Face à Eldin », diffusée vendredi 13 février dans Le Petit Journal, Gérard Collomb s’est plié à l’exercice de l’autodérision face au chroniqueur déjanté de Canal +.

Puisqu’il fallait éviter de tomber dans « la dérision » facile, Cyril Eldin a délibérément choisi un invité « chiant du début à la fin » : Gérard Collomb. Voilà pour le pitch de la séquence. On craint forcément le pire en découvrant l’accroche poussive du chroniqueur, analogie entre la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb et la reconquête de la Ville de Lyon pour un 3e mandat par Gérard Collomb. « Chacun marque l’histoire à sa manière », conclut-il en voix off.

Ces facilités patronymiques expurgées, le chroniqueur passe par le bureau du maire – « c’est mieux qu’un secrétariat d’État », s’émerveille-t-il- avant de s’offrir une vue panoramique sur la ville depuis la terrasse du Musée des Confluences. « Il n’y a pas de pollution à Lyon, à Paris oui, mais là non », soutient l’édile face aux assertions du journaliste.

Un détour par la brasserie du Musée des Confluences pour réchauffer l’atmosphère autour d’un déjeuner en tête à tête. Et poser la question. Pourquoi, « bip-bip », Collomb n’est jamais rentré au gouvernement ? « Parce que là-haut, il n’ont pas fait ‘hop’ » , répond l’élu, filant le trait d’humour qu’emprunte son interlocuteur aux Bronzés. Une répartie bienvenue qui redonne du souffle à l’échange.

Les plans sur les verres de rouge vidés avec gourmandise se multiplient et l’on retrouve notre binôme dans le ventre de Lyon. Accoudés au comptoir des Garçons Bouchers, les ballons s’enchainent, les plans de coupe reprenant le running gag du « bip-bip » également. En forme de déclaration d’amour, la séquence finale est tournée place Bellecour. « Gérard, qu’est ce qu’il nous arrive », interroge Eldin, mimant le coup de foudre. « On a découvert Lyon ensemble, tu vas venir ici, c’est là qu’est ton avenir » , lui répond Gégé.

Qu’avez-vous pensé de la prestation de Gérard Collomb ?

Gérard Collomb tire son épingle du jeu dans un exercice où l’orientation des questions et du montage auraient pu déprécier l’homme. Le Collomb primesautier, levant volontiers le coude, emporte finalement la séquence face à un Cyril Eldin venu clairement pour récupérer ce genre d’images. Une découverte sans doute pour l’équipe de Canal + et une confirmation pour celle de Lyon People, qui avait suivi l’édile lors de ses tribulations chinoises, prouvant qu’il savait se plier aux coutumes pour ne pas froisser ses interlocuteurs.