Par Marc Polisson

La guérilla judiciaire et morale opposant Christophe Mahé au clan Castaldo a pris fin hier. Mais le Docks 40 s’en remettra-t-il ?

Flash-back 2015. A l’issue d’une interminable guerre de tranchées opposant le clan Larose-Auclair à Christophe Mahé, associés dans son exploitation, le vaisseau amiral de la Confluence avait fini par sombrer corps et biens. Le 10 avril 2015, trois repreneurs (Mahé – Lavorel – Castaldo) étaient en lice devant le TC de Bourg en Bresse pour sa reprise et ce sont les Castaldo père et fils qui l’avaient emporté… « On avait fait une offre pour le fun, car l’on pensait que l’affaire serait attribuée aux Lavorel. Mais ces derniers avaient retiré leur offre quelques jours avant… » raconte Pépine. Et c’est ainsi que les patrons de l’Imprévu se sont retrouvés avec le bébé sur les bras… à l’insu de leur plein gré.

Le début d’une grosse galère.

Furieux d’avoir été éconduit, le propriétaire des murs va entamer une guerre d’usure comme seul Christophe Mahé en a le secret. Dévastatrice des deux côtés. Au rythme d’une lettre recommandée par jour, des visites d’huissiers et des rendez-vous d’avocats… Que d’énergie, de santé et de temps perdus ! Sans parler des honoraires d’avocats et d’experts… « ça aurait pu vraiment mal finir, glisse un restaurateur de la Confluence, il était temps que ça cesse ! «  Pressés par leurs proches de sortir de cette impasse, les Castaldo ont fait le choix de la raison. Déjà propriétaires de l’Imprévu et d’une demi-douzaine d’établissements (Chanteclerc, Ed’s, La Rotonde..), Pépine et Mika affichent une réussite discrète mais bien réelle. Il était totalement contre-productif de poursuivre cette chimère.

C’est hier que les deux parties ont enfin signé l’armistice après deux ans de combats sans merci. Christophe Mahé a racheté le fonds de commerce à ses ennemis d’hier. « On retombe à peu près sur nos pattes ! » sourit Pépine, pas fâché de s’être débarrassé de ce boulet et de quitter « cette ambiance très spéciale qui règne à la Confluence ». Que va devenir le Docks 40 ? Le restaurant festif qui était au top au début des années 2010 n’est plus que l’ombre de lui-même. Nous avons posé la question au patron d’Espace Group. Pour le moment, silence radio…