Tony Parker.jpg L’annonce de l’arrivée de Tony Parker à l’ASVEL Lyon-Villeurbanne (ProA), dont il est actionnaire et vice-président chargé des opérations basket, en raison du lock-out de la NBA met le club sous les feux des projecteurs médiatiques.

 

"Il est un peu tôt pour en mesurer les conséquences mais nous n’arrêtons pas avec les médias. L’impact est très fort et cela dépasse le simple cadre de l’information basket", a déclaré le président de l’ASVEL, Gilles Moretton. "Je ne veux aussi retenir que le côté positif pour le basket français d’avoir tous ces joueurs issus de la NBA pour donner un éclairage sur notre sport", a-t-il ajouté. Ainsi, la chaîne Sport Plus , qui détient l’exclusivité des droits sur le championnat de France a décidé de modifier sa programmation pour diffuser le premier match de Tony Parker avec Villeurbanne contre son ancienne équipe, Paris-Levallois, le 14 octobre. Gilles Moretton rappelle avoir trois objectifs pour son club: la construction d’une nouvelle salle pour faire partie de l’Europe du basket, parvenir à pérenniser l’ASVEL au niveau européen, ce qui n’est pas encore fait selon lui, et voir un jour Parker jouer avec le maillot vert à l’Astroballe. "C’était prévu à la fin de sa carrière. Ce lock-out est une chance pour tout le monde (en France)", assure Moretton qui n’entend pas faire évoluer les objectifs sportifs. "Notre ambition demeure de nous qualifier pour les play-offs car nous ne savons pas combien de temps Tony jouera effectivement chez nous", dit-il.

  

De leur côté, les groupes de supporteurs se réjouissent aussi, évidemment, de l’arrivée du meneur des San Antonio Spurs. "Cela va faire progresser l’équipe où évoluent déjà de jeunes Français prometteurs comme Leo Westerman, Bangaly Fofana, Edwin Jackson, pour qui Parker est une idole", se félicite André Vial, président des "Astrogones" espérant aussi "un accroissement du nombre d’adhérents au sein de (son) association". "Je souhaite que l’ASVEL évolue dans une salle comble, sinon je n’y comprends plus rien", dit encore M. Vial pour qui "la tentation d’opérer une hausse du prix des places serait une initiative malheureuse". Il devrait être entendu. Selon Gilles Moretton, "la politique tarifaire ne sera pas bouleversée. "La saison a déjà bien démarré au niveau du marketing et de la billetterie", assure-t-il. Pour Fabien Siret, responsable des "Greengones", Tony Parker à Villeurbanne est "un aboutissement pour lui dans sa démarche de dirigeant". "Cela montre qu’il s’investit énormément. Le lock-out lui donne l’occasion de venir jouer ici avant qu’il ne le fasse en fin de carrière comme il l’envisageait initialement", estime-t-il. "Cela va relancer la campagne d’abonnements avant le début de saison en espérant attirer un nouveau public qui se laissera séduire par l’ambiance de l’Astroballe afin d’être fidélisé après le départ de Parker", note également M. Siret. "Chaque fois qu’il est venu assister à un match à Villeurbanne, c’était presque l’émeute. Parker, c’est encore plus fort que Nicolas Batum à Nancy car il a une histoire basket plus grande que la sienne", conclut-il.