1 Photos © Jean-Luc Mège

 

 

Par Nadine Fageol

 

Du jamais vu. Une journée en vacances avec le président de l'OL au large de Saint Tropez. Et puis encore une soirée avec tout plein d'économiques People. Que du lourd, on vous dit ! Méduses.

 

2 Tout le monde sait que Jean-Michel Aulas n'a peur de rien mais on ignorait qu'il ne craignait rien. Et de nager avec les méduses quelque part entre la Plaque bleue et l'Enfer, deux spots nautichic au large de Saint Tropez. Quand on l'a vu se jeter dans une eau où barbotaient les répugnantes bestioles, on s'est dit, ça y est : on tient le scoop people de l'été. Imaginez le capitaine plonger afin de récupérer le président de l'OL rouge de meurtrissures au bord de l'apoplexie. Oh la la ! Une fois à bord, nous (journaliste, photographe Tonton Yasser et rédac' chef Marco) aurions perdu toute humanité pour le photographier sans vergogne. Portrait américain de Nathalie, sa compagne à son chevet, puis zoom sur les rictus de douleur déformant le visage, cadres serrés sur les brûlures puis sur la méduse accrochée en porte-clé sur le maillot… On aurait ventilé les clichés un peu à Paris Match pour le choc et le poids, un peu à Voici pour les légendes, un peu à L'Equipe pour l'intox et la vidéo à « 30 Millions d'Amis » quant au scandale de la méduse écrasée à même le maillot de JMA.

 

3 Bref, Patrick Bertrand, ami et aide de camp de l'encore président de Cegid (photo ci-dessus) ayant refusé notre surenchère lors de la négociation aurait été évacué vers l'hôpital à Saint Chély d'Apcher et nous on se partagerait le pactole. Renflouement salutaire au moment où gronde une crise pire que la dépression de 1929. Et bien, rien. Nada. Niet. Jean Mi Mi comme l'appelle sa brune compagne, c'est bien là l'unique scoop de la journée, sort de l'eau sans l'ombre d'un bobo. Ces fainiasses de méduses atteintes de couperose aggravée s'amusent à plonger et nager de traviole. Mais ce n'est pas Dieu possible, nous voilà obligé d'écrire du reportage consensuel mou à propos d'un patron énervant tellement il mène tout le monde par le bout du nez et qui gagne tout. « Sauf la Champion's Ligue » diront les médisants. On se reprend.

 

4 Lundi 18 août, nous voilà sur le ponton de Tropezina sur les coups de 11h, le président nous présente aux invités et badin, dit à sa compagne encombrée d'un shopping d'enfer chez les fins traiteurs du littoral, « ils sont trois, il va nous manquer un œuf ». On n'entend même pas pour glisser dans un boudin rouge qui nous mène à un autre bateau à nez pointu. Pointu, nom commun du bateau. Capitaine Mike nous hisse fermement, une jeune femme prénommée Hélène présente une panière à chaussures et indique l'escalier en direction de la cabine. Plusieurs changements de vêtements plus tard, le bateau balaye d'un panache d'eau la baie de Saint Tropez pour se calmer devant le « Lady Moura », yacht de 105 mètres, et propriété du milliardaire saoudien Nasser Al-Rashid,  dont le ventre met bas des bébés hors-bord, et sur l'arrière un hélicoptère et des scooters. « Le Président » comme on l'appelle depuis toujours après s'être demandé, au tout début de sa carrière olympienne, si on ne se payait pas de sa tête, contemple le paysage dont il connaît chaque recoin en estivant fidèle qu'il est depuis 15 ans. La plage de Tahiti, la baie de Pampelone, puis on franchit le cap de Camarat pour rejoindre la Baie de Bon Portée et sa fameuse Plaque bleue aux eaux turquoises tendance Seychelles à part que nous ne sommes pas seuls.

 

5 D'autres bateaux avec naïades arborant toutes sortes de maillots. Au milieu de l'eau sur une barcasse titubante, braille un affairiste localier devant son congelo. Une blonde en maillot blanc (mais pas topless), mains sur les hanches, sert de produit d'appel. Une info tombe du mat, le Président navigue incognito sous pavillon belge ! Au moment où la sécession menace le Plat Pays, on demande s'il est Flamand ou Wallon ? Il se marre. Depuis plusieurs années, il loue systématiquement le « Mike One ». On va s'enquérir auprès du capitaine qui curieusement se nomme Mike enfin Michael sur la carte de visite. Mike soigne religieusement son bébé Léopard de 70 pieds (21 mètres pour les non initiés) montés sur 1 800 chevaux qui, lancés à plein régime, se transforment en mutant. Cependant, le « Mike One » du haut de ses 20 ans, a déjà une descendance encore plus pointue bardée d'électronique. Il nous faut taquiner le Président en lui indiquant qu'il emprunte régulièrement un bateau has been. Au niveau du cou, il arrive à zigouiller un étouffement remontant de la poitrine. Trop fort. Tout le monde rit, peut-être jaune mais pas vert, en jetant un coup d'œil détaché en direction d'un Mangusta 72 flambant neuf, le rêve de JMA.

 

6 Président déteste le vert, couleur inconvenante sur les bateaux et à l'OL. Vingt ans qu'il bataille à la mue du club lyonnais en mastodonte européen, à endiguer l'engouement français pour l'équipe de mineurs chevelus d'une contrée voisine à palmarès européen tonitruant mais seventies. Sur le pointu, le contenu musclé en charts de l'I-Pod de Nathalie anime la conversation. Ou l'on découvre une bande d'amis fous de musique car le fils de Patrick Bertrand est venu avec un copain de boulot. Les deux travaillent chez Universal au département nouvelles technologies. Bertrand – dont JMA dit « nous sommes comme deux frères » – connaît sur le bout des doigts tous les pious-pious de la vie des stars. Son épouse ne dit rien et se révèlera une infirmière avisée pour canaliser un bobo en formation. Il y a encore Jean-Claude Plessis, truculent et tout récent ex-président du club de Sochaux qui se déclare plus grand consommateur de CD. Régulièrement, il lève haut les bras pour aller faire claquer ses mains sur les genoux. À l'instar d'un Guy Roux ou d'un Gervais Martel dont JMA lance en référence l'adage, « Y'a pas de mal à se faire du bien. Plus ça serait trop », Plessis a le bagout coloré et forme avec sa femme un couple irrésistiblement drôle, jusque dans la gamelle sur scooter à l'arrêt.

 

7 D'humeur, le président veut monter la musique, Nathalie refuse et lance l'apéro. Arrive le vin blanc siglé Dubœuf, le rosé glace et un déluge de petits plats. On en profite pour un aparté avec le Président attablé dans le carré. Rieur, il nous mène en bateau quant à un projet de magazine mensuel en partenariat avec Christian Latouche…. En matière de football, il s'affiche plus confiant que jamais. L'arrivée de Grenoble en Ligue 1, « si Lyon finit 1er, Grenoble 2e et Saint Etienne 3e, ça me va très bien et ce sera bénéfique pour la Région ». La Champion's League : plus que jamais jouable d'autant qu'en 2009, JMA aura 60 ans, alors un titre de champion serait le cadeau plus que parfait. A-t-il gagné le concours de boules qu'il fréquente assidûment place des Lices ? « Oui, les autres sont arrivés avec l'artillerie lourde, des joueurs de renommée internationale mais on a gagné ». Plus sérieusement, il explique, « le destin ne devait pas m'amener à Saint-Tropez. Mais je vais m'y retirer un jour ou l'autre (il vient d'acquérir une maison, ndlr). J'adore la mer. À la différence de ce que les gens imaginent, certes il y a la fête et le beau temps mais je ne vis pas le soir. Je préfère la pétanque, l'arrière-pays, le festival de Ramatuelle et Luchini que Nathalie a rencontré lorsqu'elle travaillait à Paris et mes 30 à 40 copains, Révillon, Giorgi, Manoukian, Bruel, Darmon » Il dit avoir rendez-vous à 18h pétantes place des Lices avec Marcel Aubour, l'adjoint au sport tropézien Louis Hugo, Olivier Courtin Clarins et Charles Maignien… L'avant-veille, il a dîné chez les Dentressangle à côté d'Albert Frère, dont on nous dit qu'il est le premier actionnaire privé du CAC 40. Un peu plus tôt dans la saison, il a croisé Roman Abramovitch à bord du « Pelorus », un yacht qui lui rappelle une négociation épique…

 

9 Et le Grand Stade ? « Collomb le veut ». Il se fera à Décines mordicus de chez mordicus. Bing. Il sera comment le Grand Stade ? « HQE, vous savez ce que ça veut dire ? » « Haute qualité environnementale » que l'on entonne. « Oui, il sera conçu par HOK, agence d'architecture anglaise spécialisée dans la construction de stades. Il aura des piliers en forme d'arbres, huit hectares de panneaux photovoltaïques… ». Ses yeux brillent d'une intensité incroyable. « Ce stade est d'intérêt national pour Platini, car la France est candidate à l'Euro 2016 et il faut une structure pour les cérémonies d'ouverture et de clôture ». Et le stade de France ? « Dépassé. Pas assez de loges VIP ». Il est vrai qu'après les JO de Pékin, il faut peut-être corriger la voilure ! Mais eueueuh qu'on dit, « Il se fera aussi sûr que l'an prochain, je reviendrai à St Tropez ». Il se lève pour rejoindre Nathalie à l'avant du bateau, classé tacitement zone privée. Mike lance le pointu dans une remontée à travers les plus jolis spécimens de yachts en route pour la terre ferme. Nathalie doit préparer la soirée.

 

10 Quelques heures après un apéro partagé avec Henri Peruchon, ex Lyonnais déclaré ayant obtenu la stature de vrai tropézien après avoir fondé la Boule Tropézienne, on file à La Messardière, un château-hôtel de carton-pâte flanqué de tourelles à chapeaux pointus. En revanche, le parc finement agencé laisse deviner des jardiniers aguerris aux modes de taille japonaise. On traverse un hall dont la patine jaune provençale laisse songeur pour rejoindre la terrasse où JMA et Nathalie reçoivent en substance le grand capital lyonnais. Les frères Ginon et leurs épouses. Un journaliste santé nous dira à propos Jacqueline Ginon, (qui porte un blouson doré à faire se damner Madonna), « c'est dommage qu'elle ne soit pas connue, elle fait un travail extraordinaire » en tant que gynécologue travaillant pas ailleurs dans un laboratoire de recherches. Au loin on aperçoit un Jean-Claude Anaf over bronzé mais sans son Jean parti convoler en Corse chez Sophie Defforey.

 

11 L'avocat Richard Brumm adepte de haute voltige passe d'un groupe à l'autre. Un couple très discret, les Dentressangle. Nathalie passe souveraine en pantalon noir à taille haute et blouse blanche dans l'esprit Saint Laurent. Chemise blanche avec liseré intérieur bleu des mers du sud pour JMA que l'on croise dans un rire. Doc Niforos a fait un saut depuis Aix-en-Provence. Sa présence attire les dames avides de pratiques plasticiennes dont l'épouse d'un entraîneur actuellement sur le banc. À ses côtés, un homme format armoire à glace qui ne quittera pas son poste. Ah oui, les Plessis de Sochaux joyeux, mais joyeux, le président de la LFP Frédéric Thiriez et ses moustaches soyeuses et puis une singulière drôle de dame, Isabelle Comparat, au parler franc inhabituel dans ce genre de manifestation. On file en croisant une créature à jambes aussi longues que la route menant de Gerland à Décines. Il est temps de retrouver nos vacances à nous.