Par Morgan Couturier

Arrivé dans la précipitation de Marseille, où il officiait encore vendredi dernier, Stéphane Bouillon a profité de ses premiers jours entre Rhône et Saône pour dévoiler les nouvelles orientations de la préfecture. Sans surprise, la lutte contre le terrorisme relève du dossier prioritaire.

« Passer de Marseille à Lyon c’est sans aucun doute, une autre culture et un autre mode de fonctionnement mais c’est tout aussi passionnant ». En quelques mots, Stéphane Bouillon a pris soin de soigner son intégration, alors que son arrivée s’inscrit dans « un contexte difficile ». Présent aux obsèques de Laura et Mauranne, en qualité de préfet de la région PACA, l’énarque n’était pas sans méconnaître le sort subi par son prédécesseur, Henri-Michel Comet, qu’il « connait depuis 30 ans ». « C’est notre métier d’être responsable vis-à-vis du gouvernement, des actions que nous menons comme celles que nous ne menons pas », a-t-il souhaité ajouter. Pour ne pas subir pareille mésaventure, l’ancien préfet de la Loire a promis de se mobiliser à 100% « pour que nous puissions travailler sur une réorganisation du système d’éloignement, avec une plus grande fluidité dans les relations à l’intérieur de la préfecture  comme dans les relations avec les services extérieurs. L’objectif est que les mailles du filet soient le plus resserrées possibles ». Invité à aborder la question du développement économique  de la région et l’aménagement de son territoire, avec notamment l’instauration d’états généraux de l’alimentation dès vendredi sur Clermont-Ferrand, Stéphane Bouillon s’est rapidement recentré sur la problématique du terrorisme.

Le centre de rétention administrative de Lyon sera reconstruit et agrandi

Face aux nombreux dysfonctionnements relevés lors de l’attentat de la gare Saint-Charles à … Marseille, le sexagénaire s’est déjà projeté sur plusieurs réformes. « On va changer dès cette semaine un certain nombre de choses : nous allons étendre la permanence de 8h à 20h, a-t-il précisé. Un relais va être créé entre le cadre de permanence et le sous-préfet et nous allons faire en sorte que le numéro du sous-préfet soit plus facilement accessible ». Le proche d’Emmanuel Macron – qu’il avait accueilli en vacances cet été – a également annoncé la mise en place d’un dispositif d’amélioration du système informatique, afin d’avoir en « temps réel, un état du remplissage du CRA de Lyon » et des régions avoisinantes. Un centre de rétention administrative qui fera prochainement l’objet d’une reconstruction et d’une extension, sur le terrain bordant les locaux déjà existants. Aucune date n’a été arrêtée. Mais en attendant, Stéphane Bouillon souhaite s’appuyer sur la confiance accordée par Gérard Collomb, « un grand ténor politique », présente-t-il. « S’il m’a choisi pour ce que j’étais, je n’ai pas l’intention de changer ».