Michel Havard Lyon.jpg

Le contribuable lyonnais en sera-t-il de sa poche pour financer les primaires du parti socialiste ? C’est ce que dénonce le député Michel Havard, chiffres à l’appui.

 

Si l’organisation de ces primaires a incontestablement boosté le Parti socialiste et la gauche, elle a également – et par ricochet – réveillé une droite lyonnaise molle du genou. Après une première escarmouche lors du dernier conseil municipal, le chef de file de l’opposition lyonnaise remet le couvert dans un communiqué saignant :

 

« Après avoir fait indirectement subventionner par la ville les primaires socialistes à Lyon, en ne facturant au PS qu’une somme inférieure au coût réel pour la mise à disposition de bureaux de vote (381,56 € par bureau de vote pour les 2 tours contre 865,19 € à Paris), Gérard Collomb est désormais prêt à tout pour soutenir son "poulain". Cet après-midi, il continue de s’arroger le monopole de la "citoyenneté" en organisant une marche dans Lyon, pour le plus grand plaisir des habitants du centre-ville déjà saturés de manifestations… Il envoie 150 000 courriers aux Lyonnais – financés sur ses propres deniers – pour soutenir son candidat, mais omet de préciser que la réalisation de ce courrier est faite ni plus ni moins que par le prestataire de la ville pour le journal Lyon Citoyen… Décidément, Gérard Collomb pratique un mélange des genres malsain et a une fâcheuse tendance à utiliser la Ville de Lyon pour le compte du Parti Socialiste et comme marche pied pour ses ambitions personnelles. Nous sommes loin d’une gouvernance irréprochable de la part de celui qui s’érige volontiers en donneur de leçons. Quand il parle du "modèle Lyonnais" qu’il veut voir appliquer à la France, nous avons tout lieu de nous en inquiéter. » conclut le député.