Photos © Fabrice Schiff

Et une de plus ! Le pape de la gastronomie lyonnaise arbore désormais une nouvelle distinction sur sa veste blanche de cuisinier. Celle de grand officier de l’ordre national du Mérite que lui a remise Alain Mérieux lors d’une réception familiale.

2La cérémonie, volontairement intimiste, s’est déroulée mercredi 9  septembre, à l’heure du déjeuner, au premier étage de l’Auberge de Collonges en présence des membres de sa famille, de ses amis proches (Alain Vavro, Jean-Paul Lacombe…)  et de quelques personnalités dont Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, Olivier Ginon, président de GL Events et de Jean-Michel Aulas. Le président de l’Olympique Lyonnais lui a offert le dernier maillot du club dédicacé par ses joueurs.


Le discours d’Alain Mérieux

Mon cher Paul,

C’est pour moi un honneur de vous remettre aujourd’hui cette distinction et je suis particulièrement touché par votre témoignage d’amitié.

Tout au long de nos vies, nos chemins se sont croisés.

Comme vous vous en souvenez, enfant chez ma grand-mère au Hameau de Trêve-Pâques à Collonges, je descendais me baigner dans la Saône. Avec des moyens improvisés, nous pêchions des poissons que nous faisions frire à l’Auberge du Pont. J’ai ainsi bien connu vos parents.

Avec ma famille j’ai suivi votre ascension dans tous les sens du terme !

Celle du Col de la Luère où vous êtes allé l’hiver en bicyclette proposer vos services à la Mère Brazier qui vous aurait dit « Je ne sais si tu seras un grand cuisinier, mais tu es courageux, viens travailler ici ».

Celle du 3 étoiles, au succès jamais démenti, la création des brasseries et de l’Institut Paul Bocuse, et enfin, les sommets que vous avez fait franchir à la gastronomie française à travers le monde.

Mon père avait beaucoup d’amitié et d’admiration pour vous et citait toujours la biologie et la gastronomie lyonnaises comme inséparables et les meilleures du monde.

Je me souviens de notre rencontre à Disney World en Floride alors que nous y séjournions en famille avec nos trois fils, la gentillesse avec laquelle vous nous aviez proposé de garder les enfants un jour de plus. Ils ont gardé un souvenir mémorable d’une soirée cow-boy et des jus de fruits « pressés par le grand Paul Bocuse »…

Nos chemins sont toujours restés proches… en particulier ceux de l’Ain où je venais vous voir à cheval au Grand étang du Montellier, où vous organisiez des chasses très peu protocolaires sous l’autorité de Marius Copain…

Je ne peux oublier votre extraordinaire gentillesse et vos qualités de cœur lors du décès de notre ami Alain Chapel le 10 juillet 1990. Chantal et moi devions fêter nos 25 ans de mariage chez lui lorsque nous avons appris la nouvelle. Nous avons alors diné chez vous et je me souviens de l’émotion qui était la vôtre…

Le jour du drame de Christophe, vous étiez le premier à nos côtés au Montellier…

Je salue et rend hommage à votre épouse, à vos côtés depuis tant d’années, à votre fille et votre fils, et à tous ceux qui vous entourent et qui perpétuent la tradition de la gastronomie en France et dans le monde, une tradition que vous incarnez magnifiquement.

Mon cher Paul, vous avez beaucoup crée dans votre vie, un véritable empire de l’Auberge à l’Abbaye de Collonges, toutes vos brasseries à Lyon, au Japon, aux Etats-Unis.

Vous avez voulu et su transmettre par l’Institut Paul Bocuse l’art de la gastronomie française.

Vous avez magnifiquement servi Lyon et la France.

Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous élevons à la dignité de Grand Officier de l’Ordre national du Mérite. »

Alain Mérieux
Le 9 septembre 2015

33. Gérard Collomb, Alain Vavro, Paul Bocuse et Olivier Ginon

44. Jean-Paul Lacombe et Paul Bocuse

55. Gérard Collomb, Candice, Raymonde Bocuse, Philippe, Paul Bocuse, françoise Bernachon, Alain Mérieux et Stéphanie

66. Raymonde Bocuse, Sidonie Mérieux et Paul Bocuse

77. Les arrière-petits enfant de Paul Bocuse

88. Marc Haeberlin (Auberge de l’Ill) et de Hirotoshi Hiramatsu, président de Hiramatsu Inc.