Photo © Fabrice Schiff

Par Baudouin Wisselmann

Après un déjeuner mémorable au Bistro 321, nous retrouvons Mathieu Chavant au Temple de Jin’An, un faux vestige de la culture chinoise. Notre rendez-vous est callé juste avant son vol pour le Japon, notre entrevue est donc rythmée, et son récit diablement énergique, nous donnant une idée plus précise de la fièvre shanghaienne.

Celle qui a foudroyé Mathieu… Né en 1985, il grandit à Saint-Germain-sur-l’Arbresle, descend à Lyon pour son lycée, son BTS en alternance, et un master à l’IDRAC, promo 2009. Et ce n’est pourtant pas là qu’il sera épris de la Chine. L’infection viendra d’un patelin tout proche de chez lui, Chazay d’Azergues. Fort de ses expériences en entreprise, Mathieu décroche vite un travail et le voilà installé entre Rhône et Saône. Job, appartement, copine, voiture, potes, soirées… routine. A 26 ans, il sent que tout est trop bien rangé, « j’avais l’impression d’avoir 40 ans et de m’emmerder, de n’avoir plus aucun challenge ». Dans sa tête trottait la petite phrase de son pote de Chazay, Alexis Huille, qui l’a accompagné sur les bancs du lycée puis de l’IDRAC. « Si tu ne sais pas quoi faire de ta vie, viens à Shanghai ». Installé en Chine depuis 2009, Alexis revenait parfois au pays accompagné de sa conjointe hongkongaise, et lui racontait sa vie d’expatrié. Du coup, Mathieu finit par craquer. En une semaine, il pose sa démission, achète un aller simple et abandonne tout. « J’adore Lyon, mes potes, ma famille, mais je faisais toujours la même chose, je ne rencontrais plus de nouvelles personnes, et me renfermais presque sur moi-même ». Il dort trois jours sur le canapé d’Alexis avant de s’installer en colocation avec des étudiants qui lui proposent dès son arrivée de se retrouver avec d’autres amis dans le parc de Jin’An. Mathieu traîne des pieds mais finit par accepter, c’est le déclic ; « je ne suis quasiment plus rentré chez moi. J’étais constamment dehors, je m’étais fixé comme objectif de rencontrer une personne par jour. Il faut se faire violence, ceux qui calquent ici leur mode de vie de France, se prennent un mur ».

 Le réseau des Lyonnais

Il ne faudra donc pas longtemps à Mathieu pour rencontrer des managers, des commerciaux et toutes sortes de profils. Il est d’abord engagé dans une boîte de coaching, puis un an après par Expatrimo au service d’étrangers cherchant à investir en France. Il est depuis décembre 2014, manager chez Dekra, un des plus gros laboratoires de certification. La marque au fameux D vert est numéro 1 mondial du test automobile se penche sur un large panel de produits et donne ensuite son feu vert pour leur diffusion sur le marché. Un « Xiaomi » à la main, annoncé comme le futur leader mondial du smartphone, Mathieu se dresse en défenseur du « made in China » : « si les produits chinois ont si mauvaise réputation, ce n’est pas en soit la faute de la Chine, mais de ceux qui cherchent à y produire à des coûts toujours plus dérisoires. Le made in China peut produire de la très bonne qualité, Xiaomi en est la preuve. » Sa nature très sociable et son expérience dans le « one day/one meeting », pratiqué activement ces deux premières années, vont le pousser, non pas à faire de nouvelles rencontres – il jure ne plus en avoir le temps – mais à les mettre en relation. Il a donc monté avec Grégrory Prudhommeaux et Romain Hostal le réseau des Lyonnais de Shanghai puis le Dej’Shanghai avec Manuel Ramos : « Celui de cette semaine se tient d’ailleurs chez Nicolas Le Bec, notre but étant d’aider des cadres à élargir leurs réseaux, car beaucoup d’expatriés sont DG, archis ou ingénieurs et leur job ne leur permet pas forcement de rencontrer beaucoup de personnes ». Et qu’est devenu son ami Alexis ? Tout simplement son beau-frère ! La sœur de l’épouse d’Alexis, Kelly, est fiancée à Mathieu. Chef dans différents restaurants de Shanghai, sa promise est désormais consultante pour des chaînes de restaurants et d’hôtels, et avait fait la rencontre de Mathieu dans le Beaujolais, alors qu’elle accompagnait sa sœur en vacances chez Alexis. La boucle est bouclée !