Coupe au carré, svp ! Photo © Fabrice Schiff

Chaque mois, un illustre représentant du monde sportif s’allonge sur le divan de l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras et micros pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. L’ancien attaquant de l’OL se prète au jeu ce mois-ci chez Icéo.

Tu as quitté le football de haut niveau en 2014, que deviens-tu ?
Je suis devenu marchand de biens et plus précisément je vends des parcelles de terrain constructibles pour les particuliers.

Et ça marche ?
Ça va, il y a des périodes plus fortes mais globalement je n’ai pas à me plaindre.

De très nombreux anciens joueurs de l’OL intègrent le club, ça te plairait ?
Pas du tout, je n’ai jamais eu envie de rester dans le milieu du foot, c’est un choix personnel clair. Je ne voulais plus avoir la même vie, je me sens beaucoup plus libre aujourd’hui. Je ne regrette rien, mon quotidien me convient très bien.

Ça te fatigue qu’on te charrie tout le temps sur ta coupe ?
( Il rigole ) C’est de plus en plus rare ! De toute façon, dans l’ensemble ça me fait marrer et puis si vraiment c’était fatiguant, j’aurais changé depuis.

Si je te dis que tu as été un joueur sous-coté, que réponds-tu ?
Sous-coté ? Je ne pense pas. J’ai joué en France, en Italie, j’ai eu la carrière que je méritais, j’ai bossé dur et réussi ce que je voulais.

L’après-carrière a été difficile ?
Oui, en 2004 ça a été dur, période de chômage, de doute, je savais très bien que ça allait arriver mais tu n’es jamais vraiment préparé. Par dessus tout ça il y a eu mon divorce, vraiment une sale période !

Quand on t’arrête dans la rue, les gens te parlent de quoi généralement ?
Du premier titre et du 3e but contre Lens, beaucoup de félicitations aussi. Je ne suis pas du genre à attendre après ça mais c’est toujours agréable.

Ta non-sélection pour le Mondial 98, c’est une blessure encore ouverte ? (Aimé Jacquet ne le sélectionne pas au dernier moment, ndlr )
C’est digéré mais ça reste douloureux.

Si je te propose un repas avec Aimé Jacquet, tu acceptes ?
( Il se marre ) Oui, il me donnera d’ailleurs peut-être les raisons de ma non-sélection ( Je le sens un peu remonté ).

Qu’est-ce-que je peux faire pour toi ?
( Il réfléchit très longuement ) File-moi un don qui me permet de protéger toute ma famille.

A quel moment le foot te dégoute-t-il ?
Le foot c’est toute ma vie, quand je vois Lens par exemple en ce moment, ça me touche ! Comment ce Club a pu en arriver là… Mais il ne s’agit pas de dégout, c’est plus de la peine. Parfois les caprices des joueurs de cette génération m’embêtent, ils n’ont aucun sens de l’argent. Après, qui est le responsable finalement ? On leur donne énormément donc ils prennent.

Quelle est la meilleure émission de foot à la télé ?
Je suis un grand nostalgique de « Télé Foot » le samedi soir après les matchs, une époque où on voyait les buts, les ralentis, maintenant il n’y a que des débats ou on épluche tout.

Quel est le meilleur journaliste actuellement dans le foot ?
En tant que consultant le plus fort c’est Christophe Dugarry, en ce qui concerne les journalistes, Grégoire Margoton, j’aime bien.

Et le plus folklo ?
Pierre Menez, je ne peux pas dire que je ne l’aime pas mais je trouve ça trop facile de donner son avis sur tout, tout le temps, assis derrière une table.

Tu me donnes l’impression d’être un garçon très calme, est-ce un masque ?
Non, je ne m’énerve que très rarement, je prends beaucoup sur moi. Je ne me force pas c’est ma nature, d’ailleurs les gens qui me connaissent depuis longtemps disent souvent « Pierrot, il a toujours été comme ça ».

Quel est le titre que tu as le plus écouté dans ta vie ?
Il n’y en a pas vraiment, en revanche « Les Corons » en début de match à Bollaert, ça me fout des frissons à chaque fois, c’est chez moi.

Quel est le joueur le plus drôle avec lequel tu as évolué ?
Il y en a beaucoup, il ne m’en vient pas un là tout de suite.

Et le plus casse couilles ?
( Il sourit ) Il y en a mais je ne préfère pas citer de noms.

Que vas-tu faire après le Barthologue ?
J’ai la chance de pouvoir rentrer chez moi, je n’ai pas de patrons, pas de rendez-vous, ça a du bon ! ( Il rigole )

Il y a une personnalité avec qui tu aimerais aller boire l’apéro ?
Personne en particulier, je ne suis pas du tout du genre fan.

Maintenant on change, c’est toi qui me poses une question…
Quel est le meilleur joueur formé à l’OL que tu ais vu évoluer ?