Chaque mois, un passionné de sport s’allonge sur le divan de l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras et micros pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. La journaliste foot de beIN Sports se prête au jeu ce mois-ci sur le dancefloor du Yes.

Une petite lyonnaise qui se retrouve journaliste à beIN à presque 27 ans, c’est un rêve de gosse ?
Oh oui, un vrai rêve ! A l’époque, où on s’est connu par exemple, jamais je n’aurais pu imaginer cela. Après je ne l’ai pas volé, j’ai bossé et travaillé dur pour ça.

Le milieu de la télé, ce n’est pas trop dur ?
(Elle réfléchit) Ce n’est pas facile, mais le fait d’avoir commencé tôt m’a appris à me blinder pour affronter le système. Le milieu de la télé est comme tous les milieux, il y a du bon et du moins bon.

Tu m’avais dit un jour que tu faisais des concours de sommeil (elle pouvait dormir jusqu’à 15 heures de suite), tu continues encore aujourd’hui ?
(Elle éclate de rire) C’est l’époque où je sortais tout le temps, c’est fini tout ça.

Quelle est ta plus belle rencontre à beIN ?
Charles Bietry, je lui doit énormément. C’est aussi un peu grâce à lui que je fais cette interview, c’est un Monsieur.

Les femmes dans le milieu du foot, c’est compliqué ?
Un peu, mais pour moi ça reste simple. J’espère connaître le football, ça m’attire une forme de respect, pour d’autres filles c’est sans doute moins simple.

Tu as connu le foot féminin de haut niveau mais c’est vrai que tu préfères jouer avec des mecs ?
C’est exact, jouer avec des filles c’est chiant, ça devient vite crêpage de chignons. Je prends beaucoup plus de plaisir à jouer avec des garçons.

C’est dur d’afficher son club de cœur lorsqu’on est journaliste à beIN ?
Je suis née à Lyon, j’ai grandi avec l’OL, c’est comme ça et c’est très bien et puis tous les journalistes ont un club de cœur affiché ou non.

Les joueurs de Ligue 1 te draguent-ils ?
Ça arrive, et si ça n’arrivait pas je me poserais des questions (elle sourit).

Quelle est la partie de ton corps qui te complexe le plus ?
Oulà mais ça part dans tous les sens ton interview !! Mes mollets ! De vrais mollets de footballeuse. J’aimerais avoir, si c’était possible, quelques centimètres supplémentaires aussi.

Et celle que tu préfères ?
Oulàlà je vais me faire chambrer … Mon cul !

Quand as-tu pleuré la dernière fois ?
Pour ma grand-mère, j’en profite ici pour lui rendre hommage (elle est émue).

Où seras-tu dans 5 ans ?
Sur beIN et au Qatar pour la Coupe du Monde (elle sourit).

C’est facile de vivre avec toi ?
Très ! On mange des pates et on joue au foot ! Mon mec gueule un peu, par exemple hier, je me suis tapée un match de D2 à Londres à la télé.

Quel son écoutes-tu en boucle en ce moment ?
NMZ, un groupe du 91. Du bon rap français.

Que vont dire tes proches en lisant le Barthologue ?
C’est tout elle ! (Elle se marre)

Quel est l’homme le plus sexy du monde pour toi ?
Zac Efron, alors lui il est énorme. De plus, j’ai un gros faible pour les yeux bleus.

Avec qui t’entends-tu le mieux à l’OL ?
Bruno Genesio, ça gagne ou ça ne gagne pas il est toujours disponible. C’est vraiment facile de travailler avec lui. Le Genesio bashing m’échappe totalement d’ailleurs.

Quelle est la question qui t’a le plus embarrassée ?
Les questions sur le physique (elle rigole)

Maintenant on change, c’est toi qui me poses une question…
C’est quoi ton type de fille ?