01.jpg Photos © Saby Maviel

           

Par Marc Polisson

Du beau monde dans les salons de la préfecture du Rhône à l’occasion de la remise des insignes de chevalier de la Légion d’Honneur à la directrice régionale de la SNCF. Entourée de nombreuses personnalités, Josiane Beaud était parrainée par Hubert Haenel, membre du Conseil Constitutionnel.

 

02.jpg «  Il y a du lourd !  » Un vieux grognard des mondanités lyonnaises balaie les grands salons d’un regard circulaire. Et toute contestation d’un revers de main : «  Je vous assure, Marco, qu’il y a très longtemps que je n’ai vu rassemblé à Lyon un tel aéropage…  » Mazette ! Comme à mes débuts chez Lyon Pipo, je m’accroche à mon petit carnet orange. De peur de rater une grosse prise comme on rate le train. De fait, l’anti-mondaine directrice régionale de la SNCF a un carnet d’adresses qui en impose. De l’institutionnel. Et Parisien de surcroit. Qu’on a en effet peu loisir de croiser dans les pince-fesses lyonnais. A l’image d’Hubert Haenel, imposant membre du Conseil Constitutionnel à qui revient l’honneur d’accrocher sa décoration au revers de son tailleur, après s’être (trop) longuement présenté. On retiendra de son allocution que Josiane Beaud, issue d’une lignée de maître-forgerons, est «  une forte tête, au sens de l’effort et de la responsabilité inégalé  ». Au service de l’Etat au côté du préfet Jean-François Lory puis des Lyonnais en tant que secrétaire général de la Courly avec Raymond Barre jusqu’à son job actuel sous la tutelle de Guillaume Pépy. Présent dans la salle mais atteint d’une extinction de voix.

 

03.jpg Il est 12h30 et les grands salons se remplissent des retardataires… lyonnais ! Bernard Rivalta fend la foule pour s’approcher du premier rang. «  Il ne va quand même pas monter sur l’estrade !  » rigole Philippe Dibilio qui n’en perd pas une miette. Nora Berra s’approche en douceur. Michel Havard consulte (l’horaire des trains sur) son portable, Jeanine Paloulian cancane. A Josiane Beaud, très touchée, de remercier son parrain et ses mentors : le préfet Lory, représenté par son épouse, Louis Gallois, Raymond Barre et Guillaume Pepy. «  Une bonne fée s’est penchée sur mon berceau  » souligne-t-elle. Sa vie à la tête de 10 000 cheminots n’est pas un long fleuve tranquille. Mais elle n’est pas du genre à regarder passer les trains. Pionnière du transport express régional, et amoureuse du travail bien fait, elle n’a de cesse «  de faire bouger les lignes de l’action publique pour qu’elles profitent au plus grand nombre . » A grand vitesse et sous les applaudissements.

 

04.jpg La projection diapos, c’est maintenant !




Introduction -
1
-
2
-
3
-
4
-
5
-
6
-
7
-
8
-
9
-
10
-