Depuis le 1er mars 2017, la Région Rhône-Alpes est placée sous la coupe d’un nouveau préfet nommé suite à un jeu de chaises préfectorales, digne des plus belles républiques bananières.

Atteint par la limite d’âge, « speedy » Jean-François Carenco a dû abandonner sa préfecture de l’Ile de France et a obtenu, comme lot de consolation, la présidence de la Commission de régulation de l’énergie (un truc qui ne sert à rien mais qui va lui rapporter 10 000 euros par mois). C’est donc « droopy » Michel Delpuech qui le remplace à Paris. Notre ex préfet est issu de la même promotion que François Hollande, ce qui explique qu’il quitte Lyon avec un bilan proche du zéro pointé. Henri-Michel Comet est lui aussi un énarque, passé par le cabinet du Premier Ministre Dominique de Villepin et qui a été préfet dans le Languedoc, en Picardie et en Pays de Loire. Fera-t-il mieux que ses prédécesseurs ? A suivre…