Par Bernard Gouttenoire

Nous apprenons avec tristesse et une très grande émotion le décès de Simone Couty, la nuit dernière, à l’âge de 92 ans.

Son père était maréchal-ferrant, elle n’a pas connu sa maman décédée quand elle avait huit mois. Elle suit, tout d’abord, des études d’infirmière avant d’épouser Roger Markakis, médecin pédiatre mort en montagne en 1966 . Très croyante et pratiquante, elle demande alors l’intercession du père Jules Monchanin (missionnaire en Inde) qui, dit-elle, lui « accorde de rencontrer » cette année-là, le peintre Jean Couty, avec lequel elle se remarie. Dès lors, elle adopte la vie du peintre, son ainé de 20 ans. Célèbre à Paris grâce à Katia Granoff, il est le seul artiste lyonnais à avoir une toile accrochée au Musée de Saint-Pétersbourg.

Nait de cette union en 1967, un fils unique et inespéré, Charles-Olivier. Dès lors, elle n’aura qu’un seul objectif, assoir plus encore la notoriété de son époux disparu en 1991. Elle accueille dans la maison natale de Jean, à Saint-Rambert, les amis de passage à l’atelier, au premier rang desquels ceux qui font la ville Gérard Collomb, le cardinal Philippe Barbarin, Yves Bruyas et Jean-Jacques Pignard (vice-présidents à la culture du Département du Rhône), le chef Paul Bocuse, le préfet Gilbert Carrière, Xavier Elie (PDG du Progrès de Lyon), l’urologue Georges Képénékian, et ses voisins Philippe Jocteur et Alain Vavro.

Sont également de la partie les peintres de la Saône : Jean Fusaro, Jacques Truphémus, ainsi que les critiques et galeristes René Deroudille, Jean-Jacques Lerrant et Lydia Harambourg, Jacques Convert (Président des amis du Musée Saint-Pierre), Michel Régnier (qui accueille une rétrospective à Vourles), Bernard Berthod à l’occasion de l’exposition « Couty et l’art Sacré » au Musée de Fourvière.

Inauguration de Musée Jean Couty, le 17 mars 2017. Les peintres Patrice Giorda, Jacques Truphémus, Alain Chevrette et Jean Fusaro entourent la famille Couty – Photo Fabrice Schiff

C’est ainsi qu’avec la volonté de Simone Couty, Charles et Myriam Couty appuyés par Edouard Couty (fils de Julien, le frère du peintre, comédien) se concrétise l’idée du Musée Jean Couty qui ouvre ses portes en mars 2017, juste à côté de la maison de l’artiste (photo ci-dessus). Simone Couty me disait à propos de Jean : « Mon mari me répétait toujours : mon heure viendra, en peinture, il faut faire preuve de la patience…». En effet, c’est là que l’œuvre du peintre possède un écrin et c’est la première fois qu’un fils de peintre accouche de l’œuvre de son père.

Dans la maison familiale de Saint Rambert, après que Charles soit venu lui dire bonsoir, elle a rejoint sereinement son Jean Couty au ciel de ses toiles, dans la nuit du mardi 27 novembre 2018.

L’équipe de Lyon People qui a passé de délicieux moments en sa compagnie présente ses affectueuses condoléances à Charles et Myriam, ainsi qu’à leurs filles Candice et Clémence et à l’ensemble de leurs proches et amis.

Les obsèques de Simone Couty seront célébrées samedi 1er décembre 2018 à 10h en l’église Saint Rambert.