Par Morgan Couturier

De concert, le président du département et le préfet de Région ont présenté, comme l’exige la coutume, leurs vœux à une généreuse assemblée de 1000 convives. Un hymne à la joie et à la fraternité, deux valeurs dressées au firmament par les deux hommes.

2019 doit être « l’année de l’apaisement et de la sérénité », a glissé en substance le maître des lieux, Christophe Guilloteau, en guise de clin d’œil aux gilets jaunes et …au maire de Lyon. Un petit mot du préfet Pascal Mailhos à chaque invité en guise de bonbon puis l’hymne à la joie, magnifiquement interprété par la Maîtrise de l’Opéra de Lyon ont suffi à calmer les derniers esprits échauffés. À commencer par Gérard Collomb, posté aux premières loges, mais manifestement moins bouillant qu’il ne le fut deux jours auparavant, pour les vœux de Pascal Blache, le maire du 6e arrondissement.

Libéré de la tutelle de David Kimelfeld, l’édile de Lyon a pu apprécier les tirades des deux acteurs de la soirée. A commencer par cette boutade de Christophe Guilloteau, sur l’important turnover des préfets dans la région. Mais Pascal Mailhos ne s’est pas laissé démonter. Au contraire. « Je souhaite que cette année soit marquée par la joie, l’unité et qu’elle nous épargne les peines », a-t-il avancé. Pour respecter pareille promesse, le préfet s’est appuyé sur la notion de sécurité, « sans quoi rien n’est possible » et de fraternité, « qu’il faut promouvoir ». « Je vous invite à l’optimisme. Celui-ci passe par un renforcement de nos liens et par le respect », a-t-il conclu. À méditer…

Jeudi 10 janvier 2019