Par Morgan Couturier

Privé de cette première allocution de l’année l’an passé, Gérard Collomb a pu « renouer avec la tradition des vœux » devant un impressionnant parterre d’élus et d’invités. Un moment d’émotion pour l’édile, qui en a profité pour dresser ses objectifs futurs.

Ce n’est pas à Gérard Collomb, ancien professeur agrégé de lettres classiques, que l’on apprendra à soigneusement sélectionner ses citations. L’ancien ministre de l’Intérieur sait trop bien choisir ses auteurs pour désigner au hasard ces extraits littéraires. Alors quand le Petit Prince et Antoine de Saint-Exupéry sont venus se glisser dans ses vœux, l’édile a opté pour cette conclusion symbolique : « l’avenir, il ne faut pas le prévoir mais le permettre ». Preuve que le maire de Lyon, après une vacance d’un an et demi, est pleinement tourné sur le devenir de sa ville. « Oui, Lyon m’a manqué », a-t-il mentionné, au même titre que « sa chaleur humaine et cette capacité à travailler ensemble dans la confiance et l’amitié ».

Ainsi, si le contexte national, en ce jour de commémoration des 4 ans des attentats de Charlie Hebdo, est particulièrement complexe, Gérard Collomb a noté que la capitale des Gaules était « toujours sur une belle trajectoire ». « La ville rayonne à l’international, attire de plus en plus d’entreprises », s’est-il réjoui devant un parterre d’invités de renom. Mais à l’approche de la bataille des municipales, le maire de Lyon a également tenu à présenter quelques pistes de développement, à commencer par la nécessité d’impulser « une nouvelle dynamique dans nos quartiers et d’apporter un renouveau aux cœurs de villes », tout en veillant à placer « les mobilités au cœur de toutes nos préoccupations, avec dans les prochaines années, un investissement sans précédent en matière de transports ». Les jalons plantés, place aux actes. MC

 Lundi 7 janvier 2019