Photos (à l’arrache) © Fabrice Schiff

Par Marc Polisson

C’est sur la scène du Théâtre Tête d’Or que les quelques lecteurs et nombreux mécènes du journal satirique lyonnais se sont retrouvés pour fêter le numéro 500 (et toujours toutes ses dents) des Potins dans l’après-midi du mercredi 22 juin.

02On savait Gérard Angel perché, mais là ! La convocation à 18h30 pour les festivités rosé-pizza en a surpris plus d’un mais ravi les nombreux retraités de la vie politique (Simone André, Emmanuel Hamelin, Denis Chomarat, Alain Eicke…) ou de la vie tout court. Un horaire qui explique l’absence des grands fauves de la politique lyonnaise – Gérard Collomb qui paradait au même moment au grand stade, Laurent Wauquiez qui tweetait en cachette – à l’exception des présidents Christophe Guilloteau (CG 69), François Turcas (CGPME) et Roland Bernard (Axotel) mais eux, c’est différent, ce sont des amis, des vrais.

03Les deux absents avaient dépêché sur place leurs louveteaux : Geoffrey Mercier, impeccable en chaperon de Florence Verney-Carron, toute guillerette de la présence de Philippe Grillot. Seul maire d’arrondissement présent, Denis Broliquier tout guilleret d’avoir décroché l’investiture UDI dans l’ex circonscription d’Olivia (pardon d’Emmanuel) où Laurence Balas va faire de la figuration face à Hubert (présent) et Nathalie (absente). Jean-Yves Secheresse et Richard Brumm (bien à la bourre) représentaient Gégé et ses adjoints à eux tout seuls… bref, une cata !

04La salle de crinières blanches a souri à la prestation du chansonnier Maxence Rissoan (qu’on a connu en meilleure forme), accompagné à la guitare par Marc Fraysse (qui peaufine sa reconversion post Cofely) et applaudi la lapidation verbale des victimes expiatoires préférées de Gérard Angel : Bernard Rivalta, Michel Mercier et Daniel Gouffé… Pas de photos de cette prestation à vous montrer, notre reporter ayant déserté les lieux pour sa séance hebdomadaire de badminton… Plus sérieusement,  il fut annoncé la création de la S(AL)PA, anagramme de Société des Amis et Lecteurs des Potins d’Angèle avec Pierre Gandonniere pour garder le chenil satirique.

Et Gérard Angel dans tout ça ? Ne l’abandonnez pas !

 N°500 des Potins d’Angèle, en kiosque. 2 euros.